Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 10:00

Pour commenter la photo-sujet de la quinzaine chez Miletune

 

Les salles de jeux ne signifient rien pour moi. La seule fois où je m’étais présentée au Casino de Monaco à l’âge de vingt-et-un ans, les agents de sécurité avaient malmené ma carte d’identité, suspicieux.  Je m’étais collée aux machines à sous. Et m’étais ennuyée très vite.

Mais ces lettres illuminées disposées en arc de cercle sur le fronton d’un édifice, les mots salle et jeux,  les dés bondissant comme l’eau d’un torrent, les jetons qu’on balance en masquant la nervosité sous de la nonchalance, la roulette aux encoches bicolores, comme des sentiments tourmentés, m’évoquent la passion. Celle du Joueur de Dostoïevski, celle de Grégory Peck pour Ava Gardner dans le film tiré du livre : Passion Fatale. Peu importent l’histoire et les ravages de l’amour et du jeu. Je ne vois que deux héros sublimés par une rencontre et par le lieu où elle s’épanouit.

 

small_420459.jpg

Il est beau, grand jeune, mince, torturé. Comme ces êtres qui n’ont pas encore vécu mais sont prêts à succomber à la grande aventure de leur existence. Il est malléable, manipulable, et perméable. Le jeune homme en costume, nœud papillon et gants blancs, est fasciné par le jeu puis possédé. Dépossédé de lui-même. Sa fièvre de gains le conduit à boire les paroles du croupier, à se désaltérer à grandes lampées de « les jeux sont faits ». Sa fièvre d’amour l’envoie se noyer dans des lacs clairs, les yeux d’une Ava, fière, angélique et démoniaque. Nous sommes à Hollywood, rouflaquettes et gomina pour lui, boucles torsadées, robes sublimes, perles pour elle. Nous sommes chez Dostoïevski, la passion est un moteur et se heurte aux calculs, aux intrigues, aux coups bas. Toutes les composantes du jeu sont là. Et l’atmosphère aussi, on boit, on se mesure, on se toise, on baisse les yeux en usant de l’éventail, on exerce son charme. Parmi d’autres joueurs, tout aussi enjôleurs,  perfides et perdus.

Moi spectatrice, comme dirait Mr Hollande, je m’étais régalée avec ce film  en noir et blanc, qui n’avait pas eu tant de succès que ça, à sa sortie en 1949. Si bien que l’image proposée par Miletune, me l’a automatiquement remis en mémoire.

 passion-fatale-the-great-sinner-robert-siodma-L-68hY_5.png

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article

commentaires

Cathy 30/07/2012 19:15

Bonsoir Mansfield,

Merci pour ton passage sur mon blog... J'arrive donc sur cet article qui a retenu mon attention. Si je n'ai pas vu le film, il est vrai que cette addiction au jeu peut être dangereuse... Même quand
elle est associée à l'amour... Il m'est arrivé d'entrer dans un casino par curiosité, mais sans m'essayer à ces jeux de hasard et d'argent.
Cette photo "rétro" est très belle.
Bonne soirée et à bientôt.
Cathy.

mansfield 31/07/2012 15:45



Merci de ton passage Cathy à bientôt pour de nouveaux échanges.



Catheau 30/07/2012 07:14

Sur ce même thème, avec l'amour en sauveur, j'aime "La Baie des Anges", où Jeanne Moreau, en blonde, est amoureuse du brun et beau Claude Mann.

mansfield 30/07/2012 17:57



Je retiens, pour une séance de cinéma, merci Catheau.



Coucou c'est l'ami Gégouska 27/07/2012 05:43

Je viens te souhaiter une bonne journée gros bisous

mansfield 28/07/2012 15:01



Bonne journée à toi Gégouska



Cendrine 27/07/2012 01:00

Alors que je déambule en catimini, je plonge dans cet univers enivrant, instantané cinématographique qui jaillit sous ta plume, pour mon bonheur!
Merci Mansfield, je te souhaite une belle nuit, bisous.
Cendrine

mansfield 28/07/2012 15:01



Merci Cendrine, ton incursion me  fait toujours vraiment  plaisir!



ALBIREO 26/07/2012 22:58

Superbes photos ! Je ne connais pas le film mais l'article donne bien envie de le voir!
Bonne soirée
Albiréo

mansfield 28/07/2012 15:00



Merci Albiréo, le charme des films d'après guerre agit encore, il suffit de se laisser prendre...



rosinda59 26/07/2012 21:14

Merveilleux souvenirs évoqués dans cet article. J'ai littéralement adoré et bu chaque mot comme un elixir de jouvence.
Alors un grand merci pour cette joie
bisous
régine

mansfield 28/07/2012 14:58



Merci Régine, comme j'aime lire tes commentaires toujours très enthousiastes



Thaddée 26/07/2012 20:18

Bonsoir Mansfield, je n'ai jamais vu ce film, mais la façon dont tu en parles me donne des regrets de ne pas l'avoir vu ! Bonne soirée à toi, à bientôt.

mansfield 28/07/2012 14:58



Merci Thaddée, désuet à souhait bien sûr, mais le charme agit encore..



écureuil bleu 26/07/2012 19:57

Je ne connais ni les films ni les livres; je vais parfois au Casino mais je ne joue pas plus de 20 € et uniquement aux machines à sous. Bonne soirée

mansfield 28/07/2012 14:54



Prudente et réaliste, pas folle la guêpe!



jill bill 26/07/2012 19:56

Oui il fait beau et chaud depuis le W-E passé mais demain orage ô désespoir attendus sur tout le pays... Ben voui, trop rime avec eau ! Bizzz Jill

mansfield 28/07/2012 14:52



Comme chez nous quoi, pas de jaloux!



Ocean Call Centre 26/07/2012 11:10

ce post me donne envie de voir ce film !
Merci
Manon

mansfield 28/07/2012 14:55



Merci à toi, à bientôt.



SklabeZ 25/07/2012 23:07

Quand l'amour fait irruption, on ne voit plus les choses de la même façon.
On ne voit même plus rien du tout, parfois... d'ailleurs, ne dit-on pas que l'amour est aveugle ?

Malgré cela, l'amour c'est toujours beau.

mansfield 26/07/2012 19:30



Oh oui, chacun trouve toujours le moyen de plonger, quand l'occasion se présente, comme s'il n'avait rien appris des expériences passées...



mamie Claude 25/07/2012 17:02

Je n'ai pas vu le film, mais une fois, mon petit fils m'a emmenée au casino. Cette soirée a été pour moi un spectacle, parfois drôle et souvent déprimant. Les joueurs acharnés sont dans un autre
monde, visages ébétés, effarés seuls au monde. Le jeu ^mène souvent à la ruine, quel grand vice. Mais tu l'exposes tellement mieux que moi. Gros bisous

Carole 25/07/2012 15:09

Merci de nous remémorer ces oeuvres. La passion du jeu est souvent sordide, comme toute addiction, mais, du sordide, films et romans extraient la pure beauté de l'art.

mansfield 26/07/2012 19:23



Heureusement qu'il y a toujours matière à créer de la beauté même dans les actes les plus criticables de la vie. Merci Carole.



jill bill 25/07/2012 10:12

Bonjour mansfield... Je n'ai jamais vu le film... si ma mémoire est bonne ! L'amour et le jeu... un joli couple qui peut vous laisser à nu... Merci ! jill

mansfield 26/07/2012 19:19



Merci à toi, Jill, j'espère que tu as beau temps cette fois!



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher