Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 15:30


Le casse-tête cette semaine chez Lajemy est: Le grand bazar

Il faut croire que cocooner c’est pas pour moi. Emmitouflée, les yeux fermés, et de la musique douce à l’oreille, l’oubli de tout, l’oubli de soi, pour mieux se retrouver plus tard…. C’est pas mon truc. Pas en ce moment. Aujourd’hui j’ai envie d’ouvrir les yeux grands, de regarder tout autour de moi, me confronter au grand bazar de l’existence. Et tant pis si ça n’est pas toujours beau.

Faut-il parler d’Haïti et de la détresse populaire, du manque de moyens et d’argent, faut-il évoquer les vaccins contre la grippe H1N1 et le gaspillage, la crise et l’endettement, le chômage, les mères infanticides, ou ma voisine de vingt ans qui menace de se jeter par la fenêtre si on ne lui fournit pas ses médicaments ?

 


5932124522_Des-sauveteurs-chinois-et-bresiliens-recherchent.jpg



Faut-il s’indigner de la main de Thierry Henry, se féliciter de la naissance de Solal Sarkosy, de la grossesse de Monica Bellucci,  avoir de la peine pour  Kristina Rady,
être inquiet pour Laura Smet?

henry_mimine.jpg

 

Faut-il chercher l’inspiration dans les actus de Yahoo, dans les rubriques sérieuses du Monde ou sur le papier glacé de Gala ?

 

Faut-il construire des tours dans les émirats, envoyer du riz et des pâtes quand ya pas d’eau pour les cuire, porter une Rolex à cinquante ans 



Rolex-AirKing-Date-6276 redimensionner

Faut-il commencer par soi, sa famille, ses enfants, et penser aux autres, après, si on veut, si ya l’temps ?

Faut-il adopter un chat, donner une pièce au type dans le métro, porter ses vieux habits au secours populaire ? Et dans quel ordre tout ça ?

 

Faut-il faire silence malgré tout, entrer en hibernation, mais juste le temps d’une écoute attentive ? L’important n’est-il pas de regarder au-delà du bazar du monde et d’aller où nous porte le cœur. Comme l’a si bien écrit Susanna Tamaro : « Va dove ti porta il cuore ».

Repost 0
Published by mansfield - dans divagation
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 12:26

Casse tête cette semaine chez Lajemy : café, couleur café.

 

 

Le café est un arôme avant tout, sa couleur me renvoie à l’arôme, je l’ai dans le nez, dans la tête :

-         C’est le réveil du matin, le parfum de l’enfance, un chatouillis. Il indique que les grands sont levés, ils nous attendent.

-         C’est la récré, la coupure à la cafét, au lycée, à la fac, au bureau. Le moment des blagues entre copains ou collègues. Détente, bien-être.



02 or doux


-        
Ce sont les pubs à la télé, l’Or,  Carte Noire, Nescafé, Lavazza, Grand-mère… Et George Clooney. Ce côté sensuel, érotique, familial, convivial qu’on attribue au café.carte-noire-brune.jpg

-         C’est Gainsbourg et sa « Couleur café », Montand et son « Planter café ». Véronique Jannot, innoubliable Joëlle Mazart et sa « Pause café ». C’est caméra café aussi….

-         Ce sont les vacances à l’hôtel et l’odeur… dans le restaurant, le petit plus à la fin d’un bon repas, le compagnon des câlins, le catalyseur des réconciliations.

En conclusion je dirais que le café, comme je l’ai vu illustré sur le blog de Annie, c’est ma madeleine de Proust.

 

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 11:56

Cette semaine le cassse tête chez Lajemy est: les bulles

En cette veille de nouvel an, les bulles sont de circonstance. Les bulles cliché, dorées dans les flûtes, évidemment.  Celles qui pétillent et font rosir les joues. Qui signent la joie, le bonheur d’entamer l’année entouré des siens et de ses amis. thumb champagne coupe



La bulle, c’est aussi un cocon dans lequel on s’isole,
 quand on veut s’échapper. On y construit son monde,
on le refait. C’est une protection, un garde fou. Ca peut devenir dangereux si ce monde-là prend le pas sur l’autre, le vrai. N'est pas Petit Prince qui veut!
 Volute HP


La bulle c’est la sieste, l’après midi, dans le bruit des vagues ou le chant des cigales.

La bulle c’est le texte qui anime les dessins, qui fait de Lucky Luke et de Gaston Lagaffe des types rigolos et attachants.
inogrand.png




Il y a la bulle papale, un décret très sérieux,  un document scellé, qu’on signe au Vatican et la bulle du savon qui mousse dans le bain, la bulle immobilière, genre de spéculation dans le marché immobilier. Et il y a les bulles de Polnareff. Et de Diam's.. 41Wt0-qdYvL__SL500_AA240_.jpg

 


Il y a aussi la mienne qui m’enveloppe depuis deux jours. Une drôle de grippe, fièvre et courbatures, elle me cloue au fond  du lit. M’oblige à ne rien faire d’autre que buller. J’espère, malgré tout, être en pleine forme demain soir pour apprécier d'autres bulles! 090818-gerer-la-grippe-a_aspx27070art_img58052.jpg

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 14:33



Cette semaine chez Lajemy le thème est: La joie



Le Scaphandre et le papillon


Extrait du film: Le scaphandre et le papillon, d'après le roman de Jean Dominique Bauby


La joie est l’expression du bonheur. Elle se lit sur nos visages et dans nos gestes, nos attitudes. Et dans notre démarche, les crispations de nos doigts, la dilatation de nos pupilles, la position de notre buste, de notre bassin, le port de note tête, pour qui sait décrypter la gestuelle et le comportement. J’ai vu des photos d’enfants et de fêtes familiales, de mariages et d’oiseaux s’égosillant. J’ai vu, j’ai vécu, je vis aussi. La joie c’est doux, c’est simple, c’est partager, montrer au monde, découvrir, afficher  ce que l’on ressent. Quand bien sûr, on est capable de ressentir et de montrer ce que l’on ressent. Quand on a un cœur et qu’on le laisse parler. Quand il n’y a pas que soi au monde.

Que faire quand le cœur est grand et le corps trop étroit, que seul un clignement d’œil ou la pression d’un doigt prouvent qu’on est heureux au milieu des autres ? Que faire sinon, attendre d’eux qu’ils ouvrent leur cœur et laissent tous les bonheurs s’y frayer un chemin.

 

Repost 0
Published by mansfield - dans divagation
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 08:42

Pour illustrer le casse tête de la semaine chez Lajemy : les plats d’hiver.

 

La cuisine c’est pas mon truc, pas de patience, pas de passion. Pas de discernement dans le choix des épices et des sauces.  Réaliser des recettes que l’on mitonne des heures durant, oh là, quelle galère ! Ce n’est pas que je sois au régime ou que je surveille ma ligne, enfin si, j’y veille, un peu. J’adore la bonne cuisine, la vraie, qui colle au corps et au coeur. Les plats  d’hiver classiques, potées, ragoûts, raclettes, choucroutes et autres couscous font partie de mon panier gourmand. Le raffinement, le chatouillement des papilles, et le velours d’un bon vin qui accompagne le tout. Eh oui, je raffole de ce que d’autres élaborent. Heureusement que vous, membres de cette communauté, êtes là pour moi.

  112-1238_IMG.JPG

Mais puisque je n’ai pas le bonheur de vous allécher par mes talents, je vais cuisiner ce que je sais faire mijoter agréablement, les mots. Mes plats d’hiver sont des plats divers. Si j’avais un menu à établir, outre le plat du jour et celui du chef, je ne proposerais que quelques formules. Ce serait sobre, peu varié mais frais, avec des légumes du potager et des viandes, des poissons, achetés le matin au marché. Hum, j’en concocterais des plats de résistance… Je saurais je crois, vous accueillir en toute simplicité, sans en faire tout un plat. Ce serait convivial, joyeux et surtout pas guindé. Pourtant, vous auriez le sentiment que j’ai mis les petits plats dans les grands. Pour vous faire plaisir, que vous  gardiez un merveilleux souvenir de ce moment. Que vous disiez, Mansfield, elle sait recevoir, quelle hôtesse hors pair !

Oh, si j’arrêtais d’en faire tout un plat !

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 13:03


En suivant les directives de Lajemy pour le casse tête de la semaine: les cadeaux.



France Info - © RADIO FRANCE / Gilles Halais




Comment les dénicher, où vais-je donc fouiner ?

Avec l’envie de plaire, d’amuser, de combler,

Des idées, des tendances, un besoin d’innover.

Et tout cela bien sûr dépasse mon budget.

Ah quel souci, la barbe, véritable corvée !

Utile ou futile, que déposer si ce n’est

Xmen ou Barbie, là au pied du sapin décoré?

 

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 18:00

  Casse-tête de la semaine chez Lajemy : réflexion sur la période de l'Avent.

 

Préparer l’Avent c’est s’organiser avant tout. C’est pour tout le monde pareil. Il y a l’Avent religieux, la préparation à la venue de l’enfant Jésus, la notion de paix, de sauveur, d’humanité. Il y a Jérusalem et Bethléem, le périple de Joseph et Marie, l’étable…                                               Noël

Il y a ceux qui ne croient pas et qui préparent l’avant.  C’est plus terre à terre, plus commercial. Ce sont des dépenses exagérées, des nerfs à fleur de peau, des idées repas à échanger, des boissons à commander, du chocolat à partager. C’est du blabla entre collègues, des cadeaux à inventer. C’est ne pas faire comme l’année dernière mais respecter la tradition.  Ce sont des susceptibilités familiales à ménager. C’est  penser à réunir toute la marmaille et oublier que tata Lolo est agaçante et que Grand père rit trop quand il a bu.

L’Avent est une réflexion sur notre condition humaine, notre capacité d’accueil et de pardon. L’avant est source d’agacement et de tracas, d’agitation, de frénésie. Mais au final, l’Avent, l’avant sont des périodes magnifiques. Elles sont propices  au rassemblement, à l’écoute, à l’oubli de soi. Alors bien sûr, des associations font appel à notre générosité à ce moment-là. Quelles que soient les polémiques autour de ces initiatives, il est important qu’elles existent.

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 07:35

C'est le casse tête cette semaine chez Lajemy: raconter un paysage qui nous émeut.




J’ai choisi cette photo de ma fille avec Mimi notre petite chatte. C’est pour moi le paysage :

-         De l’innocence : fausse évidement, quand elles le veulent, elle sortent leurs griffes toutes les deux.

-         De la tendresse : aussi promptes l’une que l’autre à câliner

-         De la douceur : la joue de l’une contre le poil de l’autre

-         De la beauté : elles ondulent pour obtenir ce qu’elles désirent.

-         De la gentillesse : de ce point de vue, elles ne m’ont jamais déçue.

-         De la quiétude : parce que malgré ce que j’ai écrit, quand elles dorment, J’AI LA PAIX !!!

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 18:29


Samedi, je suis allée avec des amis, dans un restaurant chinois près d’une gare parisienne. C’est un peu la cantine, on se sert comme au self, on remplit son assiette, une, deux, trois fois. On exagère et on mange trop, attiré par tout, comme des gosses. De grandes tables en formica, des assiettes empilées, la bière au verre, le vin en carafe. Simple pas de chichi, et pour le wok, on tend son assiette au chef qui fait revenir les ingrédients choisis, dans leur sauce. Ca sent le soja grillé et la friture. Les clients vont et viennent, se frôlent, se bousculent. Certains amènent leurs chiens qui s’installent sur les chaises et qu’on nourrit à la becquée. Les serveurs passent, débarrassent les assiettes et les petites coupelles de sauce. A côté de nous les patrons avaient mobilisé une table et consultaient leur ordinateur. Un "djeun" à la crinière décolorée se goinfrait, avec les mains. Il y avait trois assiettes devant lui, il picorait de l’une à l’autre et faisait des photos avec son téléphone portable. Il avait le doigt gras mais s’en fichait.

 

Nous étions là pour grignoter, vite fait, avant de finir la soirée chez l’un d’entre nous. En jean, basket, tee shirt et polo.  Alors quand a retentit la marche de Mendelssohn, nous nous somme regardés abasourdis. Et nous nous sommes retournés comme un seul homme vers le fond du self. Au milieu d’une quinzaine d’amis en habit de fête, et des tables en formica recouvertes de nappes blanches, de chaises inconfortables comme au collège, se trouvait un couple de mariés tout ému. Elle portait une robe bleu marine et lui un costume gris. Ils ont fait péter le champagne, coupé le gâteau. Les flashs ont crépité, les applaudissements résonné, les larmes coulé. C’était un mariage traditionnel, pareil aux autres, à tous les autres. Avec de petits moyens, je n’ai aperçu que des jeunes. Pas de parents. Rejet, désaccord ? Restriction de budget, par conséquent.

Insolite et romantique, néanmoins.

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 20:39

Le casse tête est, cette semaine, chez Lajemy: réberbères et lanternes. 



Le canal de Corinthe la nuit, a quelque chose de magique. Des lanternes le long de ses flancs accentuent la profondeur et l’étroitesse du chenal. Au passage des bateaux on se demande si ce n’est pas un ruban d’eau  tressé qui se déplace. Et penché depuis le pont, on a le vertige.





En me promenant à travers vos posts, j’ai surtout vu de la lumière, reflets, contre jour, perspectives, majesté des réverbères qui se découpent dans le ciel. Il y a quelque chose d’hypnotisant, de magnifique, d’inquiétant. Pas étonnant que le réverbère soit  un élément indispensable de nombreux films policiers, fantastiques ou d’horreur.







 


Affiche du film " Le cabinet du docteur Caligari"





















Vous connaissez certainement mieux celle-ci:



Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher