Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 19:29

Pour répondre avec un peu de retard au casse tête de Lajemy cette semaine: le contenu de mon sac. 

Si je l’entrouvre ne serait-ce qu’un tout petit peu, j’en dévoile déjà trop. Vous saurez tout de moi, que je suis coquette, organisée, un rien maniaque. Que je fais attention à ma ligne, que je suis enrhumée en ce moment. Que j’ai des enfants, oui mais vous ne saurez pas leur âge car je trimballe toujours les mêmes photos depuis dix ans, et le porte-clefs personnalisé que l’on m’a offert au CM2. Le leur, de CM2.

Si je l’ouvre grand, que je déballe tout mon attirail, vous découvrirez des trucs qui font pchitt, ou cling, ou craquent sous la dent. Pulvérisateur anti-allergies, coupe ongles ou chewing gums à la menthe. Vous connaîtrez mon emploi du temps de la semaine, ma liste de courses de lundi,  trouverez le carton du vétérinaire. Tiens, ça me fait penser qu’il faut que je prenne rendez-vous pour  Mimie. Ben oui, son vaccin.

Vous devinerez où j’ai passé ma soirée de samedi. Soupèserez  mon porte monnaie  alourdi de pièces cuivrées. Reniflerez quelques gouttes de mon parfum. Extirperez une boucle d’oreille de la doublure, j’ai perdu l’autre chez le coiffeur. Poufferez à la lecture de "Voici "que je cache dans la même doublure. Sifflerez avec dégoût, les doigts pincés sur un stylo sans capuchon emmailloté dans un kleenex.

Alors j’ai fait impersonnel donc secret. J’ai déballé mon sac à dos. Dedans ya le guide du routard, destination Dublin. Faut pas pousser quand même, j’allais pas risquer Bangkok. Des chaussures de marche, une bouteille d’eau. Pour la Guiness, ya les pubs. Des mouchoirs, des pansements, un parapluie, eh oui, Dublin… Un plan de la ville, mon passeport, des sous comme à Paris, mon dico d’anglais. Et des gants pour cacher mes mains. On ne sait jamais, là bas, ils ont beau avoir une Henry street, les compatriotes d’un certain Thierry peuvent avoir des susceptibilités.

06-01-2010-0256.JPG
Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 13:04

Pour répondre aux "casse tête" des quinze derniers jours, chez Lajemy: Contes et légendes et histoire de coeur.

Si je racontais une histoire alliant personnages de légendes et passion amoureuse, je ferai je crois, d’une pierre deux coups. Il s’agit d’un conte haïtien extrait des « Contes et légendes des Antilles ».  

 

Le soir tombe tôt dans les îles et nous sommes installés, vous et moi, sur la véranda d’une habitation créole. Notre hôte est un antillais aux cheveux tout blancs et crépus. Il est vêtu d’une chemise et d’un pantalon blancs. Il porte un chapeau bakoua sur la tête et se balance sur une chaise à bascule. C’est l’heure  du ti punch coco et des accras. Ecoutez ses paroles, elles lui sont soufflées par des volants, ces humains qui se transforment en oiseaux et voyagent au-dessus de nos têtes.



 haitienne-peinture.jpg

 

Zilia était la fille de Ménélas. Elle faisait rêver tous les  jeunes hommes  du village. Elle ensorcelait les cœurs des humains mais les animaux et la nature étaient aussi sous emprise. Ainsi Thézin un joli poisson argenté tomba fou amoureux d’elle. En bondissant au bord de la rivière, il fit miroiter ses écailles au soleil et réussit à se faire aimer de la belle. 363-903-large.jpg

Zilia lui rendait visite en cachette de son père et se baignait à ses côtés. Mais dès qu’elle s’en allait Thézin troublait l’eau de la rivière, pour s’amuser. Et quand Jean, le frère de Zilia voulait en ramener une jarre pleine, elle était toujours boueuse. Jean se faisait gronder, alors que sa sœur, elle, ramenait toujours de l’eau claire comme du cristal. Alors il voulut accompagner Zilia qui se dérobait chaque fois. Il la suivit en cachette.

 

Il la vit chanter langoureusement au bord de l’eau :

-         Thézin, mon bel ami, me voici… Me voici…

Et à son étonnement, il aperçut un poisson nageant en direction de la pierre où sa sœur était assise, dans un petit bassin dissimulé par une branche.

Il raconta cette aventure à son père, exprimant sa surprise devant l’étrange tendresse qui liait sa sœur à un petit poisson.

Ménélas connaissait les histoires des divinités haïtiennes comme « Maîtresse d’l’eau » et leur redoutable pouvoir de séduction. Il décida de délivrer sa fille malgré elle.

 fa9003


Un jour,  Thézin prévint Zilia : « Dès que tu verras trois taches de sang sur ta robe blanche, tu sauras que je ne suis plus ».

Le coeur de Zilia battit la chamade. Un grand froid l'envahit.  Le lendemain, tandis qu’elle vendait des légumes au marché,  Jean et Ménélas se rendirent au bord de la rivière, imitant la voix chantante de la jeune fille.  Thézin, d’abord méfiant, ne se montra pas. Ménélas prononça alors les mots  magiques des dieux de Guinée. Une force surnaturelle contraignit l’amoureux à présenter ses flancs au sabre de Ménélas.

 

A la même heure, trois petites taches de sang apparurent sur la robe de Zilia qui se précipita à la rivière. Elle chanta longtemps, en vain.

Assise derrière la maison de son père, elle reprit ses chants désespérés des heures durant.  Peu à peu, elle disparut sous terre. Ménélas qui passait là, ne put que retenir une mèche de ses cheveux.

Par delà la mort, le bel amour triomphait. Zilia et Thézin, le poisson argenté prolongèrent leur idylle jusqu’aux limites du bonheur.

 

Il fait un peu froid ce soir, vous ne trouvez pas ? Si nous reprenions un tit verre de punch ?

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by mansfield - dans nouvelle
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 11:36


Le casse tête cette semaine chez Lajemy est: j'aurai aimé être...

J’aurai aimé être écrivain. Quelqu’un d’exceptionnel, dont le succès éclate dès le premier roman. Pas ce galère, ni de doute. Qu’à l’âge de dix huit ans on ait découvert que j’étais géniale, que j’avais déjà tout saisi, tout vécu d’instinct.

 

270px-Am%C3%A9lie Nothomb 14 mars 2009

Que ma sensibilité égale celle de Françoise Sagan ou d’Amélie Nothomb. Un côté snob et léger ou totalement déjanté. Qui vend des milliers d’exemplaires et qu’on adore et qui dédicace pendant des heures, à tour de bras dans les salons. Traduite  dans plusieurs langues et préfacée par PPDA ou Philippe Besson, des types qui vendent plutôt bien eux aussi. Intellos du juste milieu, pas trop rasoirs, entre Modiano et Marc Lévy.

Pour ça il faut du talent, bien sûr, et connaître quelqu’un, qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un… Je n’en démords pas, faut des relations, faut de l’influence. Pour faire éditer de plates histoires d’amour. Et ça me rassure de le croire, j’ai l’air moins bête, moins nulle. On bien il faut vivre des événements passionnants, un peu graveleux, un viol un inceste, une catastrophe. Il faut avoir survécu à la guerre, à la famine, à la misère. Etre marqué, blessé, entamé, à vie.

 

Ou alors, le génie consiste à créer un univers à la JK Rowlings et son apprenti sorcier de Poudlard. Ou  une atmosphère de bonnes femmes. Katherine Pancol, elle sait faire. Pancol c’est cool, ces petites nanas qui aiment et qui doutent et qui se trouvent godiches face à des princes super charmants. Ou bien si on préfère, écrire des polars, bien psychologiques, bien noirs, sanglants, haletants. Il faut se faire peur pour faire peur.    

 home-fr 01

Tout ça pour dire que moi, avec ma vie bien réglée, lever le matin à 6 h 30, nourrir les chats, emporter la liste des courses pour après le boulot, boulot, courses, repassage, repas du soir en famille et télé, j’ai une vie exaltante. Et que j’envisage le Goncourt avec un bouquin dont le titre serait : « J’ai entendu du bruit chez le voisin du quatrième ». Je peux toujours espérer, ça ne mange pas de pain. Qui ne tente rien, n’a rien.  

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 15:30


Le casse-tête cette semaine chez Lajemy est: Le grand bazar

Il faut croire que cocooner c’est pas pour moi. Emmitouflée, les yeux fermés, et de la musique douce à l’oreille, l’oubli de tout, l’oubli de soi, pour mieux se retrouver plus tard…. C’est pas mon truc. Pas en ce moment. Aujourd’hui j’ai envie d’ouvrir les yeux grands, de regarder tout autour de moi, me confronter au grand bazar de l’existence. Et tant pis si ça n’est pas toujours beau.

Faut-il parler d’Haïti et de la détresse populaire, du manque de moyens et d’argent, faut-il évoquer les vaccins contre la grippe H1N1 et le gaspillage, la crise et l’endettement, le chômage, les mères infanticides, ou ma voisine de vingt ans qui menace de se jeter par la fenêtre si on ne lui fournit pas ses médicaments ?

 


5932124522_Des-sauveteurs-chinois-et-bresiliens-recherchent.jpg



Faut-il s’indigner de la main de Thierry Henry, se féliciter de la naissance de Solal Sarkosy, de la grossesse de Monica Bellucci,  avoir de la peine pour  Kristina Rady,
être inquiet pour Laura Smet?

henry_mimine.jpg

 

Faut-il chercher l’inspiration dans les actus de Yahoo, dans les rubriques sérieuses du Monde ou sur le papier glacé de Gala ?

 

Faut-il construire des tours dans les émirats, envoyer du riz et des pâtes quand ya pas d’eau pour les cuire, porter une Rolex à cinquante ans 



Rolex-AirKing-Date-6276 redimensionner

Faut-il commencer par soi, sa famille, ses enfants, et penser aux autres, après, si on veut, si ya l’temps ?

Faut-il adopter un chat, donner une pièce au type dans le métro, porter ses vieux habits au secours populaire ? Et dans quel ordre tout ça ?

 

Faut-il faire silence malgré tout, entrer en hibernation, mais juste le temps d’une écoute attentive ? L’important n’est-il pas de regarder au-delà du bazar du monde et d’aller où nous porte le cœur. Comme l’a si bien écrit Susanna Tamaro : « Va dove ti porta il cuore ».

Repost 0
Published by mansfield - dans divagation
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 12:26

Casse tête cette semaine chez Lajemy : café, couleur café.

 

 

Le café est un arôme avant tout, sa couleur me renvoie à l’arôme, je l’ai dans le nez, dans la tête :

-         C’est le réveil du matin, le parfum de l’enfance, un chatouillis. Il indique que les grands sont levés, ils nous attendent.

-         C’est la récré, la coupure à la cafét, au lycée, à la fac, au bureau. Le moment des blagues entre copains ou collègues. Détente, bien-être.



02 or doux


-        
Ce sont les pubs à la télé, l’Or,  Carte Noire, Nescafé, Lavazza, Grand-mère… Et George Clooney. Ce côté sensuel, érotique, familial, convivial qu’on attribue au café.carte-noire-brune.jpg

-         C’est Gainsbourg et sa « Couleur café », Montand et son « Planter café ». Véronique Jannot, innoubliable Joëlle Mazart et sa « Pause café ». C’est caméra café aussi….

-         Ce sont les vacances à l’hôtel et l’odeur… dans le restaurant, le petit plus à la fin d’un bon repas, le compagnon des câlins, le catalyseur des réconciliations.

En conclusion je dirais que le café, comme je l’ai vu illustré sur le blog de Annie, c’est ma madeleine de Proust.

 

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 11:56

Cette semaine le cassse tête chez Lajemy est: les bulles

En cette veille de nouvel an, les bulles sont de circonstance. Les bulles cliché, dorées dans les flûtes, évidemment.  Celles qui pétillent et font rosir les joues. Qui signent la joie, le bonheur d’entamer l’année entouré des siens et de ses amis. thumb champagne coupe



La bulle, c’est aussi un cocon dans lequel on s’isole,
 quand on veut s’échapper. On y construit son monde,
on le refait. C’est une protection, un garde fou. Ca peut devenir dangereux si ce monde-là prend le pas sur l’autre, le vrai. N'est pas Petit Prince qui veut!
 Volute HP


La bulle c’est la sieste, l’après midi, dans le bruit des vagues ou le chant des cigales.

La bulle c’est le texte qui anime les dessins, qui fait de Lucky Luke et de Gaston Lagaffe des types rigolos et attachants.
inogrand.png




Il y a la bulle papale, un décret très sérieux,  un document scellé, qu’on signe au Vatican et la bulle du savon qui mousse dans le bain, la bulle immobilière, genre de spéculation dans le marché immobilier. Et il y a les bulles de Polnareff. Et de Diam's.. 41Wt0-qdYvL__SL500_AA240_.jpg

 


Il y a aussi la mienne qui m’enveloppe depuis deux jours. Une drôle de grippe, fièvre et courbatures, elle me cloue au fond  du lit. M’oblige à ne rien faire d’autre que buller. J’espère, malgré tout, être en pleine forme demain soir pour apprécier d'autres bulles! 090818-gerer-la-grippe-a_aspx27070art_img58052.jpg

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 14:33



Cette semaine chez Lajemy le thème est: La joie



Le Scaphandre et le papillon


Extrait du film: Le scaphandre et le papillon, d'après le roman de Jean Dominique Bauby


La joie est l’expression du bonheur. Elle se lit sur nos visages et dans nos gestes, nos attitudes. Et dans notre démarche, les crispations de nos doigts, la dilatation de nos pupilles, la position de notre buste, de notre bassin, le port de note tête, pour qui sait décrypter la gestuelle et le comportement. J’ai vu des photos d’enfants et de fêtes familiales, de mariages et d’oiseaux s’égosillant. J’ai vu, j’ai vécu, je vis aussi. La joie c’est doux, c’est simple, c’est partager, montrer au monde, découvrir, afficher  ce que l’on ressent. Quand bien sûr, on est capable de ressentir et de montrer ce que l’on ressent. Quand on a un cœur et qu’on le laisse parler. Quand il n’y a pas que soi au monde.

Que faire quand le cœur est grand et le corps trop étroit, que seul un clignement d’œil ou la pression d’un doigt prouvent qu’on est heureux au milieu des autres ? Que faire sinon, attendre d’eux qu’ils ouvrent leur cœur et laissent tous les bonheurs s’y frayer un chemin.

 

Repost 0
Published by mansfield - dans divagation
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 08:42

Pour illustrer le casse tête de la semaine chez Lajemy : les plats d’hiver.

 

La cuisine c’est pas mon truc, pas de patience, pas de passion. Pas de discernement dans le choix des épices et des sauces.  Réaliser des recettes que l’on mitonne des heures durant, oh là, quelle galère ! Ce n’est pas que je sois au régime ou que je surveille ma ligne, enfin si, j’y veille, un peu. J’adore la bonne cuisine, la vraie, qui colle au corps et au coeur. Les plats  d’hiver classiques, potées, ragoûts, raclettes, choucroutes et autres couscous font partie de mon panier gourmand. Le raffinement, le chatouillement des papilles, et le velours d’un bon vin qui accompagne le tout. Eh oui, je raffole de ce que d’autres élaborent. Heureusement que vous, membres de cette communauté, êtes là pour moi.

  112-1238_IMG.JPG

Mais puisque je n’ai pas le bonheur de vous allécher par mes talents, je vais cuisiner ce que je sais faire mijoter agréablement, les mots. Mes plats d’hiver sont des plats divers. Si j’avais un menu à établir, outre le plat du jour et celui du chef, je ne proposerais que quelques formules. Ce serait sobre, peu varié mais frais, avec des légumes du potager et des viandes, des poissons, achetés le matin au marché. Hum, j’en concocterais des plats de résistance… Je saurais je crois, vous accueillir en toute simplicité, sans en faire tout un plat. Ce serait convivial, joyeux et surtout pas guindé. Pourtant, vous auriez le sentiment que j’ai mis les petits plats dans les grands. Pour vous faire plaisir, que vous  gardiez un merveilleux souvenir de ce moment. Que vous disiez, Mansfield, elle sait recevoir, quelle hôtesse hors pair !

Oh, si j’arrêtais d’en faire tout un plat !

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 13:03


En suivant les directives de Lajemy pour le casse tête de la semaine: les cadeaux.



France Info - © RADIO FRANCE / Gilles Halais




Comment les dénicher, où vais-je donc fouiner ?

Avec l’envie de plaire, d’amuser, de combler,

Des idées, des tendances, un besoin d’innover.

Et tout cela bien sûr dépasse mon budget.

Ah quel souci, la barbe, véritable corvée !

Utile ou futile, que déposer si ce n’est

Xmen ou Barbie, là au pied du sapin décoré?

 

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 18:00

  Casse-tête de la semaine chez Lajemy : réflexion sur la période de l'Avent.

 

Préparer l’Avent c’est s’organiser avant tout. C’est pour tout le monde pareil. Il y a l’Avent religieux, la préparation à la venue de l’enfant Jésus, la notion de paix, de sauveur, d’humanité. Il y a Jérusalem et Bethléem, le périple de Joseph et Marie, l’étable…                                               Noël

Il y a ceux qui ne croient pas et qui préparent l’avant.  C’est plus terre à terre, plus commercial. Ce sont des dépenses exagérées, des nerfs à fleur de peau, des idées repas à échanger, des boissons à commander, du chocolat à partager. C’est du blabla entre collègues, des cadeaux à inventer. C’est ne pas faire comme l’année dernière mais respecter la tradition.  Ce sont des susceptibilités familiales à ménager. C’est  penser à réunir toute la marmaille et oublier que tata Lolo est agaçante et que Grand père rit trop quand il a bu.

L’Avent est une réflexion sur notre condition humaine, notre capacité d’accueil et de pardon. L’avant est source d’agacement et de tracas, d’agitation, de frénésie. Mais au final, l’Avent, l’avant sont des périodes magnifiques. Elles sont propices  au rassemblement, à l’écoute, à l’oubli de soi. Alors bien sûr, des associations font appel à notre générosité à ce moment-là. Quelles que soient les polémiques autour de ces initiatives, il est important qu’elles existent.

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher