Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 10:00

Le casse-tête cette semaine chez Sherry est : Femmes

 

Guillaume a choisi. Sa vie est en Tchéquie. Pour les yeux bleus et la longue natte balayant les reins d’une belle  fille de l’est. Ils se sont connus à Paris dans le cadre du programme Erasmus. Lui venait de Picardie, elle de Prague. C’est en partageant le gîte et le couvert  qu’ils se sont découverts. Un peu comme dans l’Auberge Espagnole, avec des fous rires, des pleurs, et des soirées passées à refaire le monde. Guillaume a obtenu son diplôme, un master en musicologie, la musique est son autre passion. Les chœurs dans les églises, les cours dans les collèges. Les premiers ne nourrissent pas son homme, les deuxièmes vous font détester les ados boutonneux. De toute manière Guillaume a raté le CAPES… Mais Guillaume est heureux.

 

Ela a fait de belles études commerciales mais elle n’est pas française et avec Guillaume, ils ne veulent pas se marier. Alors tous les postes intéressants lui passent sous le nez. Mais Guillaume est heureux avec Ela.

 

 

images--41-.jpg

 

Alors puisque les perspectives en France étaient réduites, Guillaume a suivi sa belle en Tchéquie. Ils ne mangent pas toujours à leur faim, beaucoup de légumes, peu de viande. Prague est une belle ville et Guillaume y a trouvé un travail chez Air France. Il parle français toute la journée et son tchèque reste approximatif. Il n’a pas de couverture sociale, ne cotise pas pour sa vieillesse mais il est merveilleusement heureux.

 

Avec Ela ils ont acheté un appartement.  Ela a un bon job, elle progresse dans sa boîte, son salaire aussi. Guillaume lui, stagne un peu. Il a monté une chorale dans son quartier, c’est sa bouffée d’air et son orgueil.  Et le bonheur n’a pas de prix. Le jeune couple ne compte pas revenir en France, d’ailleurs quand Guillaume  nous rend visite, c’est toujours rapide, en passant. En France, il est perdu.

 

 

images--40-.jpg

Prague: la vieille ville.

 

 

Je ne sais pas si l’amour  d’une femme mérite ce renoncement, si c'est un renoncement, je ne sais pas si Guillaume regrettera un jour. Lui ne se pose aucune question. Je ne juge pas, je m’interroge. Je suis un peu jalouse aussi. Je connais peu d’hommes qui mettent leur carrière, leur avenir entre parenthèses ; qui se contentent de vivre au jour le jour. A qui aimer une femme suffit. 

Repost 0
Published by mansfield - dans personnage singulier
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 10:00

On nous les présente comme des héroïnes et des victimes de l’actualité politique ou climatique. Elles sont jeunes, belles, et paraissent démunies. Comme pour dire, la vie nous a placées là, elle nous a figées pour la postérité. Elles sont saisies dans l’instant, en un sursaut, dans l’émotion. Comme les amoureux de Doisneau. Sauf que…

 

 

images--38-.jpg

 

Elles fouillent nos consciences, pas leurs prunelles réciproquement. Les joues sont pâles, les lèvres serrées, le regard fixe, hanté. Et le voile ou le drap qui les couvre signe la fragilité et la dignité tout à la fois. Elles intimident la caméra et la toisent, je les entends crier. Elles ne réclament ni la pitié, ni la charité. Elles témoignent simplement. Dans leurs yeux, grands ouverts ou cachés à moitié par une frange, il y a un éclat, une flamme, de la vie.  C’est cette nécessité de revanche sur les événements qui les porte. Ces événements se lisent sur les photos, le voile rouge de l’afghane aux couleurs d’un peuple qui saigne, l’enchevêtrement de bois et de carrosserie autour de la japonaise marquant le chaos d’un pays éventré. Ces photos font et continuent de faire le tour du monde. Ce qu’elles véhiculent devrait nous booster, chaque jour, dans nos vies modestes et sans histoire. Sans autres histoires que nos petites misères. Je n’aborde pas les problèmes de santé contre lesquels nous ne pouvons rien. Dans ce domaine, je m’en tiens à la citation de Chamfort : « Mon Dieu, épargnez-moi les douleurs physiques, les douleurs morales, je m’en charge ».

 

 

images--39-.jpg

 

Ces jeunes femmes ont une force incroyable, elles sont droites, résolues. Elles symbolisent  un univers à reconstruire sur des ruines. Elles nous insufflent l’allant, le courage. Une sorte d’énergie qui vaut bien des vitamines.

 

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 08:00

Le défi de Lilou consiste en l'écriture d'un texte comportant une ou plusieurs expressions courantes de la langue française. J'ai pour cela remanié un extrait de l'un de mes petits romans.

 

 

 

Lorsque Mylène arriva, j’avais résolu de fouiller le grenier de Philippe, d’en remuer la poussière, d’en frotter la crasse.

Mylène souleva mon bras et se carra contre ma veste de jogging. Elle ferma les yeux, confiante, recueillie, joignit ses doigts aux miens : « Que c’est bon de t’aimer, tout chaud, tout doux ! »

Elle sentait le métal et la colle, ses cheveux avaient de particules de plastique multicolores. Elle avait au coin des lèvres des miettes du goûter qu’elle avait englouti en sortant de l’usine, pressée de me rejoindre : « Allons-y dis-je, par où monte-t-on au grenier ?

- Pourquoi, tu veux changer d’endroit, faire l’amour dans les combles, tu veux des sensations, un goût de moisi, des champignons? »

Elle me donna une petite tape sur le haut du crâne et s’ébroua, me scruta, bouche bée, les lèvres sèches et  l’œil embué : « Mais c’est qu’il ne plaisante pas. Viens, c’est juste à côté de la cave, l’autre porte. Attention l’escalier est raide ! »

Les marches en bois vermoulu étaient étroites, avec des toiles d’araignées tout du long. L’odeur de plâtre et de poussière était si forte que notre premier geste fut de nous pincer le nez. Nous pouvions tenir debout sans problème et le grenier était coupé en deux par un mur en torchis percé d’une ouverture. La lumière entrait par des vasistas dans la toiture ; des solives en bois, fuligineuses, soutenaient les tuiles. Au dehors, les feuillages zigzaguaient au vent. Leurs ombres  fauchaient les murs et le sol à l’intérieur, comme  des lasers de boîte de nuit. Mylène s’élança sur la piste, gracile, écarta une vieille table à repasser, une poussette à la capote déchirée, un radiateur mangé par la rouille et déséquilibré sur trois roues. Elle manqua de s’étaler sur une tache de graisse provenant d’un flacon de cire à bois, ouvert et dégouttant sur le plancher, retint un cri d’effroi devant une tête de mort en plastique fichée au bout d’une tige. Elle s’énerva, un lit à barreaux lui agrippait le pull, s’esclaffa à la vue d’un pot à urine émaillé, pirouetta avec dans chaque main, un numéro de Science et Avenir en lambeaux. Je la rattrapai d’un bond, qu’elle arrête de se trémousser, allumeuse, lascive, charnelle, comme SORTIE DE LA CUISSE DE JUPITER.

 

images--37-.jpg

 

 

J’étais à cran, ce n’était pas le moment. Je la maintins fermement par le coude : « Arrête ton manège !

- Tu n’en peux plus pauvre chéri. »

J’esquivai son regard et la relâchai : « Ca n’a rien à voir. »

Elle s’immobilisa, plaça une main dans son dos et l’autre à plat sur sa bouche. Elle fronça les sourcils puis en silence, souleva des bottes en caoutchouc couvertes de vert-de-gris, un tabouret en osier dont le siège était éventré, une bouteille italienne au long col à torsades, un petit ciré d’enfant lacéré. Portant au-dessus de sa tête une Pieta en albâtre, elle me questionna sèchement : « Qu’est-ce que tu veux à la fin, et n’essaies pas DE NOYER LE POISSON ? Est-ce que tu cherches quelque chose seulement ? Tu restes là sans bouger! »

Elle ne me regardait pas, elle avait les yeux fixés sur une toile d’araignée qui ondulait comme une méduse. De l’air froid passait au travers des planches et la nuit s’abattit soudain, braquant la lune sur un buffet en noyer, verni d’usure et aux portes arrachées. On devinait de grands verres à cognac collés dans la poussière d’une étagère.

« Je veux comprendre cette maison,  pourquoi Philippe m’a-t-il amené ici ?

- Mais il n’y a rien à comprendre. Et moi je DONNE MA LANGUE AU CHAT ! C’est le coin idéal pour reprendre des forces, c’est tout.

 

Elle s’approcha de moi, faufila ses doigts glacés sous ma veste, me caressa le ventre, le torse et m’embrassa à peine bouche. Elle me relâcha : « Puisque qu’il n’y a que ça, le sexe comme une  vengeance, je veux ma part, et descendons, car moi je préfère un lit douillet, chacun ses goûts. »

Je la suivis, automate, décérébré, obéissant. Je me laissai faire. Je m’obligeais à la défaite, je me rendais, me soumettais comme pour mieux savourer la victoire. L’amour était une guerre sans vainqueur, autant  DONNER DES COUPS D’EPEE DANS L’EAU. J’en faisais le constat chaque fois.

 

Aujourd’hui je peux analyser. J’étais un imbécile, mal aimé de ses parents, mal aimant, un stéréotype banal. UN OURS MAL LECHE dit-on. Je tombais les filles, ce menu fretin, comme le fonctionnaire Argot de Tchekhov écrasait les cafards. Pour me venger d’une humiliation. Décidément, je ne retenais pas le bonheur quand il se présentait, je le gaspillais. On ne pouvait pas s’attacher à moi. On perdait son temps. On ne pouvait que CASSER DU SUCRE SUR MON DOS.

 

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 10:00

Elle a quatre-vingt ans et lui quatre -vingt-trois.  Et c’est tout, je l’annonce comme ça au départ, mais oubliez, ça n’a aucune importance. Au troisième verre de whisky pour lui, et après un petit muscat pour elle, les années s’envolent. Ils évoquent d’abord leurs petites misères actuelles, pour elle de l’asthme et de l’insomnie. Pour lui, un cœur qui s’emballe parfois et sa prochaine opération des phalanges. C’est une mise en bouche, un truc pour nous endormir et nous faire croire qu’ils sont vieux. Ils espèrent qu’au troisième verre, nous serons détendus, et puisqu’ils auront perdu trente ans, nous saurons nous comporter en ados facétieux du haut de nos cinquante printemps.

Alors ils nous assènent leur voyage par le transsibérien en 81 avant de rejoindre Kyoto. Les cinq fuseaux horaires traversés en une semaine, avec pour conséquence d’arriver toujours en retard au wagon restaurant, quand il ne restait plus rien à manger. Ils évoquent les voyages en classe molle à préférer aux classes dures au milieu des russes et de leurs pots d’aisance. Et ils rient aux éclats, rougissent, alcool et asthme aidant. Puis ils se taquinent, je t’ai dit que c’était avant d’arriver à la frontière. Mais non tu te trompes c’est après. Oh et puis, pense ce que tu veux, je me tais. Ensuite ils évoquent Bangkok et ses marchés flottants, Bali et ses rizières, Tonkin et ses… Lui a un petit œil coquin, il y a prescription, c’était avant que je la rencontre. Et tout y passe, Alger, Francfort, Vienne, Cork…

Et hop, elle repart en 55 quand elle accouché de sa fille, en même temps que Gréco affirme-t-elle. Evoque sa deuxième grossesse puis la naissance du fils. Comme si c’était hier, comme si elle sortait tout juste de la maternité. Lui reparle de l’Indochine avec la voix de ses dix-neuf ans.

 

images (36)

Et hop, on passe à hier, quand les cousins de Paris sont venus pour le déjeuner, puis le petit-fils et sa femme avec leurs enfants pour le goûter. Et avant-hier, ils attendaient leur gendre à midi avec son fils, mais la petite -fille est arrivée à l’improviste avec une copine. Alors on ajouté une rallonge, fait cuire  des pâtes. Et l’autre petit-fils s’est invité, on a placé une chaise supplémentaire, et augmenté la ration de pâtes. Nouvel éclat de rires, elle se lève va chercher ses photos du réveillon, celle-ci regarde, je porte une perruque violette et C. a la banane d’Elvis. Elle repart, j’ai fait des toasts avec de la tapenade, mais non c’est rien, mangez !

Tout à coup elle s’arrête. Ils nous regardent tous les deux. Silence. Oh vous avez l’air fatigués. On ne veut pas vous chasser mais, vous avez sommeil. Alors, vous reviendrez ! C’est dommage, nous aurions dû vous inviter pour un vrai repas, demain midi, ça vous va ?

 

 

Ils n’auront jamais quatre-vingt ans, mais la cinquantaine s’agrippe à nous en une reptation subtile. Quoique, en sortant de chez eux… Si on allait en boîte ?

 

Repost 0
Published by mansfield - dans personnage singulier
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 11:12

Le casse-tête cette semaine chez Sherry est : Lumière

 

Au cours de ma promenade dans le Tarn cette semaine j’ai pu visiter deux villages classés" Plus beaux villages de France". A Castelneau de Montmiral et à Puycelsi, en cette fin février la lumière est doublement magique. Le printemps approche et les jours s’étirent sur les pierres comme  le temps. Les touristes ne sont pas encore là, les hôteliers et les restaurateurs sont en vacances, et l’après-midi s’endort avec les chats. On entend le vent siffler dans les ruelles, des pigeons roucoulent et entrechoquent leurs ailes. Leur vacarme est si fort que l’on croirait  entendre  battre des tapis. Des tourterelles les accompagnent joyeusement. Une cheminée fume quelque part. C’est alors que cette lumière s’impose juste avant que le soleil n’enflamme le ciel, comme si l’on avait figé  l’ombre sur le cadran solaire de la mairie.

 

 

Photo-0032.jpg

 

A Puycelsi, Je vois se faufiler Manon dans sa longue robe et ses sabots, elle se hâte vers son logis. Sur le fronton des  portes, on a gravé la date d’édification du bâtiment, au XVIIIème ou XIXème siècle. J’aperçois une télévision à travers des rideaux, il y un nom écrit sur une boite aux lettres : Mr et Mme D… Manon s’est évanouie derrière un pied de vigne emportant sa lumière avec elle.

 

Photo-0030.jpg

 

 

Sur la place des arcades, à Castelneau, un soleil timide  s’exerce  à chauffer les pavés, Louison danse avec lui, un instant puis elle se dirige vers l’église et son reliquaire, ses sabots résonnent dans l’allée humide, et ses pas se perdent devant l’autel.  La voûte toute décorée à la main a absorbé sa lumière.

 

 

Photo-0027.jpg

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des bâtiments en torchis, des  portes ouvragées, des volets mangés par l’âge et clos pour la plupart, des enseignes d’autrefois mêlées aux panneaux des artisans peintres ou potiers d’aujourd’hui, des ruelles sombres et étroites, ces deux villages surplombant la vallée, et où les voitures peinent à s’aventurer, ont les siècles pour lumière. S’y promener en cette saison, c’est en revêtir les habits.

 

 

images--35-.jpg


Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 10:00

 

images--33-.jpg

 

La pente qui menait à l’église était encombrée de voitures. Le tintement des cloches et les traînées des pas sur le gravier m’assourdissaient. Des groupes descendaient en discutant à voix basse, les hommes fermaient leurs manteaux et pressaient le pas. Les femmes tenaient leurs chapeaux.

L’église était un bel édifice, d’architecture gothique. Elle se délabrait faute de subventions. Elle avait été belle et blanche, le temps avait jauni sa base, noirci ses arc boutants. Les contreforts et les statues étaient poncés par les intempéries. Les vitraux brisés pour la plupart, avaient été comblés de verre inerte comme l’œil d’un borgne. La façade principale donnait le dos à la rue et s’ouvrait sur le cimetière qui faisait le tour du bâtiment. Les marches se couvraient de fleurs que le vent arrachait aux couronnes. Alors que le prêtre réconfortait les proches effondrés devant une motte de terre, je regardais la porte en bois plein et qui semblait neuve. J’aimais les portes massives des églises. J’aimais me réfugier dans  leurs encoignures, contre les murs, ou agripper leur anneau de fer, leur poignée, s’il y en avait une, quand vivre me paraissait une corvée. Malheureusement, dans mon quartier la porte de l’église était en verre et bougonnait au vent comme une corne de brume, ce qui m’exaspérait.

 

images--34-.jpg

 


J’avais de la chance, si on peut appeler chance le fait d’arriver par hasard, au cours d’un enterrement. Dans les campagnes, les églises n’ouvrent qu’en peu d’occasions : le dimanche, jour de messe, et pour les mariages, les baptêmes, les enterrements. Difficile de s’y rendre spontanément, de s’offrir une minute de paix quand le besoin s’en fait sentir. Ce jour-là, l’église était ouverte, je pouvais entrer. Sous l’odeur d’encens, de bougie et l’arôme persistant des fleurs, je percevais un relent aigre de vieilles pierres. L’air confiné avait été réchauffé par deux poêles situés dans la nef, le temps de la cérémonie. Je n’étais pas pratiquante, pas  même croyante et pourtant je priais Dieu souvent. J’inventais mes prières dans les églises parce qu’on m’y avait habituée. J’éprouvais toujours un sentiment d’apaisement, quand je m’agenouillais au premier rang devant l’autel. Je croisai les mains sous le menton et examinai la nappe immaculée, le calice, les bougeoirs rutilants. J’observai les lys offrant leurs marteaux de pollen. Le silence donnait vie aux choses, je n’étais pas seule.

 

Repost 0
Published by mansfield - dans divagation
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 10:00

 

ATTENTION CECI EST UNE PURE FICTION ! C’est un extrait d’un court roman que j’ai écrit il y a quelques années.

 

La  villa avait été le cloître de mon enfance érémitique. Je me remémorais la maison délabrée aux allées en béton, le carré de gazon où l’on installait ma piscine en plastique. L’eau claire des premiers jours faisait place à une pellicule d’insectes morts, de feuilles et de fleurs en décomposition sans que personne ne songe à la changer, malgré les rougeurs et les boutons qui me couvraient le corps. Il y avait la course d’un lézard au soleil le long d’un mur au crépi fendillé, la table de ping -pong sans  les balles que l’on m’avait confisquées  car  je les perdais toutes, les raquettes inutiles. Il y avait un vélo au sous-sol mais je n’avais pas le droit de sortir et personne ne voulait m’accompagner en promenade. Il y avait aussi les rosiers sauvages aux fleurs outrageusement ouvertes, au parfum sucré, écœurant qui me faisaient  pourtant saliver car elles m’évoquaient des gâteaux orientaux. Je me souvenais d’un pied de romarin qui fleurait bon la garrigue, d’un nain de jardin qui ronchonnait avec bonhomie et auquel je lisais des bandes dessinées.

 

 

 

jardin-abandonne.jpg

 

C’était le seul endroit où je pouvais me blinder. J’y éprouvais une paix, une sensation extraordinaire de temps hors du temps,  de bonheur suspendu. J’avais l’impression d’évoluer en dehors de moi, de délayer ce qui me fait souffrir, et de me créer un quotidien supportable. J’y oubliais que non seulement mes parents avaient leur monde et leurs projets dont j’étais exclu sauf lorsque je devenais l’objet de leurs chantages, mais qu’ils ne permettaient pas que je recherche la compagnie d’autres personnes, la présence d’amis authentiques, une vraie qualité d’échange.


Repost 0
Published by mansfield - dans fiction
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 10:00

Mes pas tassaient les feuilles multicolores dans un crépitement de friture. Pourtant je crus qu’absorbée par sa peinture, la jeune femme devant la maison ne m’avait pas entendu arriver. Je me glissai à plat ventre derrière la bâche de la piscine pour l’observer tout à loisir. Elle portait une blouse ample à carreaux noirs et blancs, avec un col Claudine et des manches ballon. Je  pouvais enfin la contempler longuement. Elle avait un pinceau dans une main, sa palette dans l’autre. Elle semait des pigments sur la toile, croquait des arbres et leurs feuilles clignotantes, des nuages imbibés de caramel comme si quelqu’un là-haut faisait fondre du sucre au soleil. Elle les clouait avant qu’ils n’emportent leur secret de lumière. Elle avait un coup de pinceau large et précis, rapide, ne s’attardait guère, remplissait la toile dans sa hâte de tout capter, tout saisir. Elle s’interrompit un moment, recula.

 

images--12-.jpg

Elle enveloppa du regard le jardin devant elle, le portail  forgé en arc de cercle, les noisetiers autour. Elle avait esquissé sur la toile un héron de pierre perché sur un socle circulaire entouré d’un grillage. Il se tenait à sa gauche dans l’herbe, les pattes jointes et droites, l’œil vide, le bec dressé à la verticale du corps. Elle effleura d’un œil distrait, la terrasse et le perron de la maison à sa droite. Puis elle se remit à emprisonner des couleurs sur son carré blanc. 

 

 

 

110-1044_IMG.JPG


Repost 0
Published by mansfield - dans personnage singulier
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 10:00

Il avait choisi  un endroit singulier. Un hall de gare immense, une sorte de réfectoire d’usine, clinquant et branché. Des tables rapprochées, des conversations jacassières et véhémentes. Les sièges, les colonnes disséminées ici et là, le bar, les plateaux, et même la pancarte des toilettes étaient en acier et luisaient d’un vernis froid et métallique. Autrefois au cours de la soirée, les fumées des cigarettes s’y seraient enroulées. Elles  en auraient terni l’éclat, auraient comblé la salle. Chacun n’aurait distingué que ses proches voisins. Ce qui ne m’aurait pas déplu. Car ce beau monde, des couples majoritairement ou des messieurs seuls à la recherche de décolletés avantageux, transpirait la bourgeoisie parisienne. Un lac sans reflets, un miroir sans teint.

 

 images (30)

 

 

Ca n'est pas mon héroïne bien sûr, elle est plus rigolotte!

 

 

Je détournai mon regard vers  une cliente esseulée, à la table contiguë de la nôtre. Elle avait l’air d’une Esmeralda abandonnée de son Phoebus. Je détaillai ses cheveux noirs à ressorts, les anneaux argentés à ses oreilles, son chemisier moulant au col en fourrure, sa jupe longue et ses bottes raclant le carrelage. Un coup d’œil à sa montre, à son portable dans le sac, elle commanda un verre pour patienter, composa son menu sur la carte, mais je ne suis pas seule, il va arriver, ne faites pas marcher la commande, encore un moment s’il vous plaît. Se pencha à la fenêtre, le cou tendu ainsi qu’une ride à sa joue. Sourit, traça des moulinets avec les mains, se cala sur sa chaise, posa les deux poings sur la table, se redressa, jeta un regard circulaire dans la salle et me dévisagea d’un sourire qui ne m’était pas adressé. Ah, enfin, le voilà !

 

 

Repost 0
Published by mansfield - dans personnage singulier
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 10:00

 

Le casse-tête cette semaine chez Sherry est: rêve.

 

 

Une ville la nuit, c’est peut-être beau mais sortez, quittez le macadam et prenez l’autoroute. Vous verrez, les panneaux, les pylônes ont l’air de monstres grimaçants. Les arbres sont  des squelettes décharnés, les bandes d’arrêt d’urgence des cadavres séchés étendus au bord de la route. Les voitures forment des haies spectrales et une odeur de terre fraîchement remuée évoque le cimetière.

 

 

images--29-.jpg

Rouler ainsi sous la pluie avec des trombes d’eau qui obscurcissent la vue, devient périlleux, angoissant. Mes roues chassent et l’automobiliste devant moi ralentit, je le devine au halo blafard au niveau des phares. J’essaie d’écouter la radio mais 107.7 est désespérément brouillé. Le vent a des bourrasques cinglantes, ce sont des rideaux de pluie qui s’abattent sur la voiture comme si quelqu’un tentait de m’aveugler en jetant un drap sur mes vitres. Un hululement troue la nuit… Dans ma tête probablement. J’aperçois au loin un  camion de travaux publics. Son œil  orange de cyclope se rapproche, menaçant. Et l’étroit parcours balisé qui mène à lui, oblige à la prudence. J’allume mes feux clignotants, et observe mon suiveur dans le rétroviseur. Il ne semble pas avoir compris, ne réduit pas sa vitesse, on dirait un hanneton bourdonnant comme pour butiner. Mais je rêve ! Il va me rentrer dedans… 

Repost 0
Published by mansfield - dans divagation
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher