Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 08:00

Défi 104 proposé par Eglantine : La basse-cour est en colère, tous les matins le coq la réveille aux aurores. Imaginez la révolte des animaux de la ferme, en vers ou en prose, de la façon qu’il vous sied le mieux, poème, historiette, dialogue …vous pouvez même convier le voisin qui aimerait lui aussi faire parfois la grasse matinée !

 coq.jpg

 

Pendant quelques jours, nous a-t-on assuré, vous devrez parader devant des citadins, à la  grande ville, dans le petit parc. Il y aura des enclos, un pour le coq ses poules et quelques canards, l’autre pour les cochons, un autre encore pour les chèvres et les moutons. On placera deux ânes dans le dernier. Alors faites comme si. Ebrouez-vous, caquetez, tâchez de braire avec modestie, remuez votre petit derrière au goût de jambon, et vous les vaches que j’ai oublié, vous devrez meugler gentiment, avec un accent qui sent bon l’herbe des prés.

 

Ce seront  des vacances pour vous, un peu comme si vous alliez au musée. Derrière les barrières, il y aura de drôles d’animaux turbulents. Des mains se tendront, des mômes piailleront, d’autres pleureront, d’autres encore se sauveront effrayés. Des parents voudront à toutes forces vous photographier. On tentera de vous nourrir avec de la barbe à papa, car évidemment il y aura des stands tenus par les humains pour les humains. Désolé Naf Naf si ça sent la saucisse, mais les humains ne sont pas toujours délicats. Vous aurez de la chance, le temps sera plutôt frais, ça découragera certains. Sachez les caqueteuses qu’on vous demandera des œufs. Alors je t’en supplie Gallo motive tes demoiselles, pas comme  d’habitude en réveillant la maisonnée dès cinq heures du matin. A la ville on se lève plus tard et les œufs doivent être pondus pour le petit déjeuner. Tu dois montrer que tu es le mâle, hocher la crête et affûter tes ergots mais tu peux quand même diminuer tes trémolos et en ralentir le rythme. A la ville on se retient, on mesure ses actes. Je sais que tu es le chef, le ténor, le Caruso  de la basse-cour, pourtant tu ne vas pas là-bas uniquement pour te faire entendre mais surtout pour te faire connaître.

 

En fin de compte que qu’on attend de nous, est qu’on soit beau, qu’on l’ouvre un peu et qu’on se taise beaucoup. On nous demandera de mimer la campagne, et de nous ébrouer dans la paille. Il y aura même un fermier déguisé qui fera semblant de se plaindre du vacarme. Eh bien Gallo, pour une fois en ce qui nous concerne, il y a contre-ordre. Et nous t’accompagneront dignement. A cinq heures d’ordinaire on n’entend que ton chant strident et malvenu de goujat mal remplumé, mais ces jours-là tu ne seras pas seul. Ca va cancaner, braire, grogner, glousser, glouglouter, piailler, bêler, chevroter un maximum et ils sauront à la ville, qu’on n’est pas des animaux, à moitié. Ils sauront que nous nous unissons quand notre honneur est en jeu.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by mansfield - dans fiction
commenter cet article
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 08:02

 

 

Défi 104 chez Eglantine  pour ce jeudi en poésie: le chat

 

 

20-janvier-2013 0647

 

Depuis qu’il est parti, elle s’ennuie et s’étiole

De son vieux compagnon elle se languit et miaule

Comme il est difficile de vivre une vie de chat

Au milieu des humains quand on n’a plus que soi

Ne plus bondir à deux, se courser et griffer

Ne plus pouvoir se fuir pour mieux se retrouver

Elle se montrait câline, douce et plutôt sage

Lui savait la mâter, c'était un personnage 

Tout n’est que stratégie, il était fort, viril

Elle jouait la femelle, plus jeune et plus docile

Une hiérarchie tacite, au repas tout un rite

Se servait le premier, elle attendait, contrite

Mais sur le canapé, au soleil tous les deux

Postés l’un près de l’autre, goûtaient les matinées

Aujourd’hui l’âme en peine, elle guette sur le balcon

Les beaux gosses du quartier qui jouent les fanfarons

L’aperçoivent de la rue, et chantent la liberté

Des matous bienheureux qui hantent la cité

Mais on lui a promis un tout petit chaton

Pour combler ses journées et emplir la maison

De fracas,  de désordre et de jeux polissons

Alors, elle se prépare et se lèche le plastron

 

 

 

 

Repost 0
Published by mansfield - dans poésie
commenter cet article
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 15:45

Casse-tête chez Sherry: la barbe, et sujet-photo chez Miletune

 

escargot

 

Je suis plutôt démuni. Si je souhaite me cacher je « m’encoquille » et me dérobe entièrement aux regards. Je ne connais pas les artifices.  Je n’en ai pas besoin pour circuler librement dans le potager. C’est l’unique endroit où je n’ai pas peur. En ce moment je suis à la fête, l’eau ruisselle sur mon corps lisse et j’aime me frotter aux nervures des grandes feuilles qui bordent le chemin. Je salive et ça se ne voit pas dans les flaques. Je rampe, me hisse et me tortille. Je n’ai pas de complexe, mes yeux antennes voient tout et je capte le jour sous une couche de chlorophylle. La lumière déposée sur ma maison me rend beau. Mon corps de limace a du caractère, je ne suis ni gras, ni laid, ni visqueux avec mon coffre, mon trésor de capitaine, sur le dos. Je suis le roi des terres mouillées à l’odeur forte, entêtante. Je les parcours comme on glisse sur l’océan.

Je me fonds au paysage, c’est inconscient, plus fort que moi. En protection contre les prédateurs, ces gobeurs d’escargot. Ma maison ne suffit pas à envelopper ma chair, là-haut on m’a fabriqué sans penser aux chocs et aux indiscrétions. Comme j'aimerais être menaçant et doux à la fois! Je suis sans barbe et sans mystère, coulant comme un serpent mais je ne sais pas faire de noeud qui enserre et massacre. Je me demande quelles sensations procurent ces poils drus, épais qui accrochent ou arrachent ce qui passe à portée. Je me demande ce que ça fait d’être une chenille. D'être une étape, en transit, de se découvrir autre ensuite. De pouvoir se raser.

 

 

Repost 0
Published by mansfield - dans divagation
commenter cet article
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 17:14

Attente sous la pluie, un froid de canard, une fouille au corps épique, un musée aux larges baies de lumière et une exposition permanente au milieu des enfants, des fauteuils roulants, de flamands hilares, de gardiens zélés et parfois autoritaires. Et Rubens, lumineux, volcanique, tourbillonnant, magique. Rubens  peintre baroque, flamand, connu  pour ses portraits, ses études, son sens du décor.  Voici quelques tableaux qui m’ont particulièrement touchée.

 

20-janvier-2013-4469.JPG

 

J’ai découvert Rubens le diplomate, pour lequel traiter « des affaires » passe par la peinture. Ainsi ce portrait d’Anne d’Autriche  vers 1622, au visage bondissant hors de la toile, au plastron chatoyant sous le fil d’or. 

 

 

20-janvier-2013-4470.JPG

 

 

Ou bien cet autre encore, dont le velours  empesé caresse l’ Altesse et flatte sa posture.

 

 

20-janvier-2013-4471.JPG

 

Devant ce "Christ sur la croix",1610-1612, j’ai entrevu le  Catholique, peintre des martyres. De la souffrance dans les muscles pâles et saillants, reproduits avec une observation exacte de l’anatomie humaine, dans ces yeux révulsés et rougis, cette bouche si expressive qu’on croirait entendre un râle. Et le linge au tour de la taille, tache immaculée et torsadée signe le dénuement  de l'homme devant la sauvagerie de son semblable.

 

20-janvier-2013-4475.JPG

 

Cette « Vierge à l’enfant, entourée des saints innocents » semble entraînée dans une ronde potelée, grassouillette et protectrice où l’or, le rouge et le bleu  apportent douceur, grâce et légèreté.

 

20-janvier-2013-4482.JPG

 

Rubens grand voyageur, érudit, curieux, analyse froidement les guerres et les hommes à la tête des états. Il célèbre les vertus. Ainsi « La paix étreignant l’abondance », 1633-1634, est une représentation flamboyante aux drapés virevoltants qui s’épousent  aussi parfaitement que les bras s’enlacent. Un élan sublimé par les torsades  branlantes du monument en arrière-plan, les  chevelures bouclées  et clignotantes des personnages, et cette corne lovée dans les draps au premier plan.

 

20-janvier-2013-4492.JPG

 

En européen fin connaisseur de l’Italie de la Renaissance, Rubens  rivalise avec Michel Ange et le Titien. Et l’œuvre bouleverse : plénitude des corps, extase amoureuse, classicisme des traits, jeu  intense des regards. Ainsi « Vertumme et Pomone » 1617-1619.  La nymphe Pomone est insaisissable, désirable, impassible. Elle s’offre, se refuse et la caresse impossible est crispation dans la main du roi d’Etrurie, Vertumme.

 

20-janvier-2013-4497.JPG

 

Pour terminer ma brève incursion dans l’univers de l’artiste, j’ai observé ce tableau représentant sa femme,  en parallèle avec le » Méduse » de Bernin qui se profile comme disciple de Rubens. Même intensité, même admiration pour les maîtres de la Renaissance. La tête inclinée et le front nu d’Hélène  Fourment, dépassant du col de fourrure, ont quelque chose de solaire et d’irréel. Et l’on ressort de cette exposition l’œil pétillant, et avec un regard nouveau, avide de rencontres, de génies, découvreurs du corps, de la lumière, de  la douleur, du sentiment amoureux, passionnés d’antiquité, de décors et d’espace.

 

 

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 08:00

 

A l'heure où les mots "bombasse" et  "kéké" entrent dans le dictionnaire, je trouve intéressant de vous faire découvrir l'un des poèmes de Malika, dans le cadre du jeudi en poésie proposé par Fanfan.

 

 

Malika Kadri est comédienne et poétesse. Elle a joué dans " Une vieille maîtresse" aux côtés de Asia Argento et  "La journée de la jupe" aux côtés de Isabelle Adjani. Je lui avais consacré un article, il y a quelque temps, en modifiant son prénom. C'est aussi l'une de mes clientes à la pharmacie.

 

 

malika.jpg

 

 

 

Aziza parle de sa langue : le rebeu

 

 

La genèse est à chercher

Dans les caves et les cages d’escalier

 

Cage d’escalier

Antichambre par les deux mondes imposée

 

Loge du comédien pour souffler

Mais aussi académie où le dictionnaire s’est matérialisé

Comme une génération spontanée

 

Torturés, inversés, lavés , inventés et cassés

 

Les mots dans les caves se sont réfugiés

Une sonorité est née

Musique déjà récupérée

J’y étais

 

Des mots de guetteur

Annonçant les arrivées et les départs

Sont les premiers imprimés

 

Petit à petit

L’appartenance à une bande s’est affirmée

 

Les mots «  situation »

ont fait leur apparition

Les mots « émotion »

ont fait leur propre description

 

le rebeu est né de la rencontre des cités

et de la marche sur Paris

il sera remplacé par un nouveau  français

fait de poésie

 

Aragon et Saadi

Sur Elsa Triolet penchés

 

Saint Augustin et Ghazali

Sur le chemin de la vérité engagés

 

Michelet saluant Ibn Kaldoun

L’Histoire à notre portée

 

Mohand O Mohand et Rimbaud

S’échangeant des rimes

Par dunes interposées

 

Le chemin des égarés et les mille et une nuits

Sont nos livres de chevet

 

Che  Guevara et Mandela

Sont nos héros d’aujourd’hui

 

Mais c’est dans les cages d’escalier

Sous des marches dégradées

Que nos rêves d’enfant sont enterrées

 

Malika Kadri


Repost 0
Published by mansfield - dans poésie
commenter cet article
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 20:09

 

Lancé par Fanfan, voici le défi N°103 

 

 Deux sujets au choix : vous  prenez  celui qui vous inspirera :

 

1- Vous écrirez un petit texte (prose, poème, comme ça vous chante) en utilisant les titres des chansons de Tino Rossi. Il est permis d'utiliser des mots de liaison pour la cohérence du texte

 Pour celles et ceux qui ont un instant pensé au suicide, je propose 

Un second sujet:

2- Vous écrirez un texte dont toutes les phrases commenceront par :"Je me souviens ..."

Et, la dernière se terminera par:

"Mais qu'est- ce que je f... dans cette galère? "

 

 repas.jpg

 

Je me souviens que j’avais choisi le deuxième sujet car il convenait mieux à mon caractère.

Je me souviens que j’avais agi comme on choisit un menu au restaurant, en tenant compte de ses goûts, en se préoccupant de sa ligne et des  circonstances.

Je me souviens qu’il m’avait entraînée là pour un repas d’affaire et  j’avais cru qu’il tenterait autre chose.

Je me souviens que tout en réfléchissant aux arguments qu’il exposait, je regardais ses dents grises, écartées et bien alignées, des dents de négociateur.

Je me souviens de son discours de bonimenteur, sa cravate et son costume bleu sombre, ses cheveux gris, ses yeux perforants, tout en lui paraissait banal, c’aurait pu être n’importe qui.

Je me souviens d’y avoir cru, je m’étais projeté un film depuis le jour où j’avais su que j’allais le revoir.

Je me souviens qu’il avait prononcé mon prénom tout à trac, comme ça au bout de trente ans, puis avait ajouté, c’est bien comme ça que tu t’appelles ? Je me souviens qu’il s’était étonné de ce que je n’avais pas changé depuis tout ce temps. Je me souviens d’avoir ricané, doucement.

Je me souviens de son petit cartable de directeur, de l’imper dessus son ventre bombé. Je me souviens de sa guitare et de  l’allure baba cool de ses vingt ans.

Je me souviens de la fac, de l’amphi, du groupe de copains en bas à droite. Je me souviens qu’il me faisait la cour, alors.

Je me souviens qu’il avait commandé un coca, pas d’alcool surtout. Je me souviens d’avoir réclamé un  pétillant avec des bulles dorées.

Je me souviens d’avoir eu froid, je tremblais et ma tête tournait. Je me souviens de pauses dans sa petite leçon bien sue et récitée en y mettant le ton, comme s’il hésitait, comme s’il pensait : peut-être que…

Je me souviens d’avoir souhaité qu’il arrête ce cirque et me regarde sincèrement en disant : alors toi aujourd’hui, ça va comment ?

Je me souviens d’avoir eu ce besoin réellement,  qu’il mette  fin à cette  mascarade car nous allions bien tous les deux dans nos vies respectives, et  ne savions comment  nous l’avouer.

Je me souviens qu’en partant et en  me faisant la bise, il avait insisté : je compte sur toi, hein, pour ce contrat ?

Je me souviens de m’être exclamée une fois seule dans la rue, et alors que les badauds se retournaient sur mon passage : Mais qu’est-ce que je f… dans cette galère !

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 08:00

 

Défi 103 en poésie chez Fanfan : sujet libre, et sujet de la semaine chez Miletune

 

ob_02900fa0cc9e5c89f364eefdd7de1f0e_lecteur-1000.jpg

 

Il a choisi de les quitter

De fuir ces compagnons guindés

Qui sur le mur bien installés

Préfèrent de loin observer

L’agitation vaine de la foule

Les ondulations  de la houle

Ont les yeux ronds, la bouche triste

Retranchés au bord de la piste

Oublient de rire et de chanter

Ont le cœur gris, les bras figés

Et ce qui  restait de la vie

A quitté leur visage aigri

Alors il s’offre une parenthèse

Et dans ce kiosque tout à son aise

S’autorise à  scruter le monde

Au travers de ses loupes rondes.

 

 

Repost 0
Published by mansfield - dans poésie
commenter cet article
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 10:00

 

Gatsby.jpg

 

….C’est aujourd’hui. Voilà ce que j’ai retenu du film Gatsby le Magnifique, version 2013. J'y ai vu la passion amoureuse,  la fraîcheur,  la naïveté, les barrières sociales teintées de racisme, le plaisir et la fête, les illusions perdues, la corruption, le narcissisme et l’irresponsabilité mondains, le luxe, la condition féminine, New York émergeant de la poussière et de la souffrance. J'ai plongé dans la piscine, ce carré de ciel bleu dans lequel se noient nos espérances, je  me suis agenouillée devant ce Dieu à lunettes qui voit tout, trop. Il y a des regards, de l’émotion, de la violence contenue, de la lumière, des voilages aériens, du cristal, des rubis, l’alcool coule à flot et les filles sont trop maquillées. Sauf Daisy peut-être, si fragile, un rien coquette, indécise, contrariée. Malmenée ?

 

Et si je te disais, vieux frère, que Gatsby s’arrange avec tout ça, qu’il évolue au rythme du rap et des chansons de Beyonce, de paroles susurrées par Lana Del Rey. Ses chemises ne sont belles que défroissées, ses cheveux gominés rappellent Laurent Delahousse, sans la houppette. Ses belles manières cachent des habitudes de caïd de banlieue, une horloge fracassée laisse supposer que le temps n’existe pas, et le téléphone traîné au bord de la piscine est déjà portable. Et si j’affirmais que Léonardo di Caprio est à la fois Scott l'élégant, et Redford le ténébreux. Que Carey Mulligan est moins évaporée que Mia Farrow, aussi lucide ou folle, mais n'est-ce-pas la même chose, que Zelda. Si je prétendais que Nick et nous, sommes ballotés par un monde qui ne demande qu’à nous broyer. Ah cette épingle de cravate sertie d’une molaire, portée par  un mafieux dans le film. Tout un symbole ! L’époque s’efface devant le récit, les blessures intemporelles, les douleurs insoutenables, le passé inoubliable. Devant hier, aujourd’hui, demain et toujours.  Au son de la trompette, une espèce de fatalité nous ralentit et nous pèse, comme dans les romans de Faulkner.  Alors oui, j’apprécie cette version du livre, au Charleston plus qu’épuré, et dont les personnages me hantent encore.

 

Repost 0
Published by mansfield - dans ecriture de soi
commenter cet article
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 10:00

 

Un air de printemps, en textoésie chez Suzâme

 

20-janvier-2013 4381 

 

Des matins froids, des ciels pluvieux

Des nuages gris, soleil vicieux

Une  longue écharpe et un manteau

Encombrent mon cou et mon dos

Le soir venu quelques frissons

Me font déserter le balcon

A la terrasse des cafés

Les téméraires prennent le frais

Et c’est à peine si l’on pense

A prononcer le mot vacances

Pourtant les arbres ont recouvert

Toutes les branches nues de l’hiver

Des hirondelles s’aventurent

Dans ce labyrinthe de  verdure

Du sol mouillé monte un parfum

De fleurs des près et des jardins

Et les couleurs par petites touches

Maquillent la saison farouche

Qui se démène tant qu’elle peut

Refuse de jouer le jeu

De se laisser percer à jour,

Dévoilant ses plus beaux atours

 

 

 

Repost 0
Published by mansfield - dans poésie
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 08:00

Défi 102 chez Jill Bill : Peintre / Peinture

 

Photo-0003.jpg 

 

Il était installé au fond de la boutique

Un rien désabusé en ce lieu touristique

Les curieux promenaient des yeux doux et rêveurs

Sur les oeuvres exposées ; peu de vrais connaisseurs

 On s’extasiait souvent, on vantait les couleurs

Il souriait un peu et soupirait parfois

 Il faisait de son mieux, il élevait la voix

 Répondait aux questions prétendument techniques

 De passionnés causeurs au profil atypique

 Il repérait aussi des amateurs séduits

Muets, admiratifs au visage épanoui

 Dont les yeux s’embuaient de reflets pailletés

 Ne savaient expliquer ce qui les retenait

 Au bord d’un paysage, d’un corps abandonné

Comme si dedans la toile siégeait  la vérité

 Acheter, le plus souvent, dépassait leur budget

Le peintre gentiment alors leur proposait

 De choisir, d’encadrer, une épreuve d’artiste

 De s’offrir un trésor, de piocher dans la liste

 De toutes ces forêts, de ces bois, de ces champs

 Qui donneraient une âme à leur appartement

 Ils repartaient conquis, joyeux propriétaires

 Et l’artiste comblé abaissait les paupières

 

 

Photo-0005-copie-1.jpg 

 

Peintures d'André LHERMET 

 

 

Repost 0
Published by mansfield - dans poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher