Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 11:59
DEFI 135: DEVANT L'ORDINATEUR

Thème libre pour ce jeudi en poésie chez Lilousoleil pour les Croqueurs de mots

 

M’installer au bureau devant l’ordinateur

Penser que chaque lettre apporte une couleur

En barbouillant l’écran aux tons de l’arc en ciel

En le couvrant d’argent tout juste avant Noël

 

Le voilà qui s’éclaire, clignote dans la nuit

Des mots bleus s’y impriment et ne font pas de bruit

Ce sont là des cadeaux déposés en secret

Les reflets de mon âme offerts à qui me plaît

 

Si j’ai choisi le Web en guise de soulier

Pour y distribuer mes jouets par milliers

C’est qu’il s’agit d’idées, de songes ou de bêtises

Que j’offre sans compter telles des friandises

 

J’avoue que c’est facile, plaquée à mon bureau

J'imite l’homme en rouge vissé à son traîneau

Mais j’évite la suie, je hais les cheminées

Et poste mes écrits comme nuages de fumée

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 08:00

Défi 135 chez Lilou pour les Croqueurs de mots : Un homme ou une femme reçoit un cadeau, un colis, une lettre …

Il peut lui plaire ou pas… il peut lui être destiné ou pas…

 

A toi sur qui je compte,

Cette année et jusqu’au dernier moment tu ne sauras pas ce que c’est. Je ne te demande pas ce que tu souhaites, d’ailleurs je ne veux pas le savoir. Mon cadeau sera davantage un reflet de ma personnalité que de la tienne, un peu de moi pour toi.

Il peut ne pas te plaire, mais je prends le risque. Imagine que c’est à la fois un cadeau et un test. D’ailleurs quand tu liras ces lignes, tu l’auras déjà reçu et je t’aurais observée. Les plis seront apparus à ton front et l’impatience ou l’irritation se seront inscrits dans tes doigts le tripotant. Car mon cadeau ne se savoure pas seul, il faut être deux pour l’apprécier, enfin je vois les choses comme ça. Tu vas me traiter de vieux bougre solitaire, ou alors les bienfaits des heures calmes et limpides te sembleront évidents. Je ne me fais pas de souci, tu sauras me faire comprendre comment me trouver une autre camarade de jeu.

Mais j’avoue que j’aimerais beaucoup t’avoir à mes côtés pour partager ces moments que propose mon cadeau, détente, farniente, régénération de nos petites cellules mangées par le stress.

Et puis, il y a aussi l’autre cadeau, la petite boîte de chez Agatha, qui te fera plaisir, et que j’ai ajouté afin de mettre les chances de mon côté…

Celui-là te plaira, c’est certain.

J’espère te ferrer tendrement et t’embrasse.

 

 

DEFI 135: TU SAURAS ME FAIRE COMPRENDRE
Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 08:00
DEFI 135: SYLVESTRE

Sujet libre pour le défi 135 de ce jeudi en poésie, chez Lilou pour les Croqueurs de mots

 

Puisque l’année s’étiole et se perd en chemin

Puisque nos vies se mêlent aux crochets du destin

Laissons s’enfuir les heures et les jours sans regrets

Soyons prêts à cueillir de l’an neuf, les attraits

 

Nous avons déversé nos peines sur le gravier

Avons repris la route aussitôt, allégés

Et battu la campagne en longeant les tilleuls

Dont l'hiver a masqué le parfum d'un linceul

 

Nous persistons à voir au loin une lumière

Des promesses, des signaux, de l’espoir, des chimères

Et cette fois encore, croyons en l’avenir

Sylvestre tonnera de nos cris, de nos rires

 

Heureusement la joie emporte tous nos doutes

Car le champagne aidant, nos esprits en déroute

Débordent de projets et de résolutions

Qui se noieront dans la fête, le strass, les  cotillons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:00
DECEMBRE, DANS LE TRAIN, LA NUIT

Les voyages en train, la nuit, sont toujours une aventure. Ca commence dès le départ avec le bruit des rails sur la voie, un chuintement puis un ronron qui enfle et installe le sommeil dans les wagons. Ca vient doucement, chacun discute avec chacun, on crée un cocon pour affronter l’obscurité. On sait bien qu’on ne dormira que d’un œil, entre secousses, arrêts en gare, agressivité des néons trouant les fenêtres, brusque ouverture des portes.

Et puis le silence arrive. Au milieu des ronflements et des éternuements, il se fait une place. On ne dort pas, on l’écoute, les yeux ouverts. On a replié son sac sous soi et foulé son manteau à ses pieds et on s’est enroulé dans une couverture SNCF qui sent le propre sous le plastique. Quelqu’un lit au-dessus, à la lueur d’une liseuse et dans la couchette, en face, un jeune homme écoute de la musique. Ca fait badoum, badoum, en sourdine, ça accompagne le chant des rails. Malgré soi on ferme les yeux et les heures passent, cueillant le petit matin.

Le réveil est cotonneux, un jour franc s'immisce sous nos paupières, ça sent le café, des rires s’imposent dans les allées, des bagages grincent. On a la bouche pâteuse et envie de se brosser les dents, de faire pipi aussi, et c’est la queue aux toilettes. Mais l’excitation gagne, on y est enfin. A la stations de ski, où la réverbération pique les pupilles et les grand air, les joues. Dans la ville de Grand-mère qui attend sur le quai pour nous couvrir de bisous. Ou chez ce grand oncle qui, comme nous, sait que pour lui ce sera la dernière fois. Noël peut commencer.

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 08:00
DEFI 134: NOEL REINVENTE

Le chat est le défi (134) de la quinzaine chez Jill-bill pour les Croqueurs de mots

 

Nuit de Noël, or et sapin, excitation

Boules et guirlandes, lumière poudrée, fascination

Souvenirs d’enfance, magie d’un soir, admiration

A pas de loup vers le salon, quelle émotion !

 

Plis d’une robe, jupon, dentelles, jolie poupée

Sur le visage, cette lueur, félicité

Joues rebondies et cheveux d’ange, instant rêvé

Parfum d’aiguilles, cire et bougies, bonheur parfait

 

Joie et surprise, papiers chiffons, exclamations

Lui qui patauge au beau milieu, quelques frictions

Il éparpille losqu'elle déballe, association

Et sur la toile plaquer ses rires, vaine intention

 

Regard frondeur plein de malice, complicité

Fourrure orange et toison rousse, deux feux follets

Qui pour  le peintre, figent le temps, grâce et beauté

Comme chaque année, Noël cliché, réinventé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:00
DEFI 134: DANS TES YEUX

Commentaire sur photo pour le défi 134 chez Jill-bill pour les Croqueurs de mots

En te regardant maîtresse, je me sens l’âme poète. Toutes ces caresses entre nous, tous ces baisers dans ma fourrure, tous ces mots doux que tu susurres, tout cela m’émeut et m’attendrit. Je sais que tu es une petite chose fragile sur laquelle je dois veiller patiemment, je sais que ton sommeil est sacré, et ton temps compté. Je suis silencieux, je te regarde au fond des yeux, mes yeux gris dans les tiens marron vert, quel beau mélange, quelle harmonie. Nous deux c’est un roman, une osmose, l’histoire d’une vie, la mienne. Une belle tranche de ta longue existence qu’il te suffit d’évoquer en prononçant mon nom. Depuis le jour où tu t’es installée chez moi, euh pardon, lapsus révélateur, depuis le jour où j’ai égayé ton appartement si froid sans moi, tu rayonnes. Que deviendras-tu lorsque j’irais attraper des souris volantes au ciel ? Un autre chaton auquel j’aurai laissé des directives, prendra soin de toi. Regarde, je m’y attelle !

Mais en attendant, dis, tu remplis ma gamelle ? 

 

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 08:00
DEFI  134: MIOU

Pour ce 134ème défi chez Jill Bill pour les Croqueurs de mots, le thème est: Chat Alors!

 

Toute menue, elle m'avait plu

Blottie contre un mâle débonnaire

Elle ouvrait grand ses yeux jaune clair

Etirait ses cuisses dodues

 

J'ai cru un temps l'apprivoiser

Par des caresses et des mots doux

Des jeux de balle et des bisous

Mais elle m'avait cataloguée

 

J'étais brutale et agitée

J'étais vilaine, j'étais sorcière

Du genre qui livre à la fourrière

J'étais l'affreuse dame au balai

 

De lui, elle supporte les colères

Rusée, finaude elle a choisi

Et moi j'en ai pris mon parti

Ce sont ses jambes qu'elle préfère

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 08:00
Maurice Elie Sathou  Le soleil joue sur l'étang

Maurice Elie Sathou Le soleil joue sur l'étang

Si ce n'était pas le soleil mais un feu d'été ou les marques de l'automne posées par petites touches orangées sur la toile, j'aimerais ce tableau tout autant. Il est de ceux qu'on distingue immédiatement pour peu qu'on réclame un peu de couleur ou de gaité. Mais ce n'est pas ce qui m'a clouée devant et fascinée.

J'avais tapé peintres français comtemporains  sur Google, pour trouver un sujet d'article et éviter les clichés du cubisme ou  d'artistes célèbres aux tableaux archi connus. Mon premier réflexe a été de choisir des nuances  de saison aux tons chauds. Juste avant Noël et sa profusion de rouge, vert, or et argent, juste avant que la tradition n'habille un mois, aux matins froids et bleutés, aux journées opaques et grises et aux longues soirées obscures, juste avant, l'orange domine comme il s'étend sur la mer s'apprêtant à engloutir les  restes du jour.

Et là,  le feu se promène sur l'eau dont on perçoit la mouvance, la transparence. Si on se concentre, si  on oublie le monde autour, on dirait qu'il avance, comme si chaque branche était un marcheur lent portant un flambeau à bout de bras. 

 

 

Voir les commentaires

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 10:51
ANNECY

 

Au petit jour quand les nuages s’étirent

Quand dans le lac un soleil blanc se mire

Quand en surface l’or et l’argent se posent

Annecy rêvasse, féerie, magicien d’Oz

 

Les monts  coiffés  d’un voile cotonneux

Ont des contours arrondis,  duveteux

Offrent un asile accueillant protecteur

Au pied duquel, se lover en douceur

 

Dans cet  étau la ville semble dormir

Enfouie sous un paletot de cachemire

Les yeux mi-clos sur un ciel  bleu d’hiver

Où l’air est froid,   où le regard se perd

 

Et peu à peu la brume se dissipe

De rayons francs la montagne se nippe

Le lac frissonne sous les doigts de zéphyr

 Entre les deux  la cité  baille,  respire

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 08:00
UNE RENCONTREUNE RENCONTRE

Notre Dame des Larmes en Guadeloupe est un endroit enchanteur, que l’on soit croyant ou pas. Il s’agit d’un sanctuaire sur la route de Pointe Noire. La Vierge y serait apparue, il n’y a pas si longtemps que ça, en mai et juin 1977. Je pourrais décrire l’oratoire ou insister sur les heures de neuvaines et recommander aux dames de porter mantille pour écouter la messe qu’on y célèbre le dimanche, en latin. Je pourrais mais…

Je préfère évoquer le ruisseau clapotant sur les rochers, au pied d’un figuier majestueux et fier. Ou cette petite baignoire naturelle dans laquelle se jette une eau claire et limpide et où certains se baignent en priant. Je préfère observer la vigueur bouillonnante de la source et la course folle des feuilles prises au piège du courant, grimper sur le petit pont situé entre le monastère et le figuier. En me penchant avoir le sentiment d’enjamber le temps qui passe, de freiner un peu sa course. Et, abasourdie, regarder l’oratoire. Car les projections d’eau font pleurer Notre Dame dont les larmes sèchent bien vite à l’air ambiant, à trente degrés à l’ombre. Je me rapproche tout près du porte-bougie, certains ont écrit à la craie des mots de remerciements à « Manman Marie», et d’autres lui ont soumis leurs doléances. Ecoutant les cigales, je suis heureuse de me trouver dans ce drôle d’endroit pour une rencontre.

UNE RENCONTRE
Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher