Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 08:00
ENDORMI AU SOLEIL

Une certaine idée de l’été. Je ne pars qu’à la fin du mois, alors en attendant, dans mes moments d’oisiveté, je rêve. Un village endormi au soleil d’Italie en plein midi. La chaleur oblige au mutisme et comme les voix ne chantent plus, ce sont les grillons qui cassent le silence à leur place. Les tuiles fument sur les toits et un souffle étouffant se faufile dans les ruelles. On ne sait plus si l’ombre des porches offre un peu de fraîcheur ou si c’est juste un leurre pour s’aider à supporter le jour.

Pas de touristes, monuments ou musées, de files d’attentes. Pas de trésors d’architecture, de sculpture ou de peinture. La lumière, seulement la lumière du ciel plaquée aux murs pour en décoller la poussière et la faire danser devant les réverbères. Et le lac au loin, irréel, assoupi dans une brume estivale. Tout est calme, tout dort, moi aussi.

Parenthèse, relaxation, décontraction…. Puis, ça repart, un thé vert, un carré de chocolat, j’attaque une nouvelle journée.

 

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 08:00
REMEDES

Quand la vie s’enroule, incolore

Inodore, scélérate et tiède

Quand le jour pâlit dès l’aurore

Les bords de mer sont des remèdes

 

C’est le ressac que l’on perçoit

Avant que d’entrevoir la grève

Tel un baume, un foulard de soie

Capuchonnant le temps sans trêve

 

Les pieds nus enfouis dans le sable

Se blessent sur les coquillages

Mais la douleur est supportable

Quand les yeux fixent le rivage

 

Au large fondent les nuages

Et les navires s’évanouissent

Un mur opaque se propage

Les lignes de la côte pâlissent

 

Sur l’écran noir du soir tombant

Se projette un disque orangé

A l’heure du bain dans l’océan

Cerné de filets étoilés

 

Sous un chapiteau poudré d’or

La mer godille ensorcelée

Ses clapotis leurrent sans effort

Les âmes grises empoussiérées

 

PS:  Je demande pardon à Maryse Condé à qui j'ai emprunté sa "Vie scélérate"

 

 

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 08:00
LES MASSES

Sur la page actualités de Yahoo, on évoque la politique, la santé, on traque les anecdotes insolites, on parle de galaxies, astrologie, vante smartphones et crèmes rajeunissantes, donne conseils, trucs et astuces, vend des canapés et des voyages, propose de rencontrer l’âme sœur…

… Mais on déballe aussi la vie des gens célèbres, des rois, reines, princes et autres lumières du show biz jusqu’à écœurement, le nôtre, jusqu’à ce qu’on rende grâce, qu’on crie haut et fort qu’on s’en fiche, notre vie à nous est bien plus palpitante parce qu’on la vit et qu’on ressent les choses, qu’on voit passer et fuir le temps. Ça continue pourtant, ça déborde et ça n’est pas près de s’arrêter car :

Selon Théophile Gautier, (Le roi Candaule) : « Le roi Candaule se mariait — Le peuple éprouvait une espèce d’inquiétude joyeuse et d’émotion sans but qu’inspire aux masses tout événement, quoiqu’il ne les touche en rien et se passe dans des sphères supérieures dont elles n’approcheront jamais »

 

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 08:00
SOUS JUILLET

Et Paris soupire sous juillet

Dans les rues noyées de soleil

Un vent chaud lèche les pavés

Il me caresse les orteils

 

La saison a des tons vermeils

Qui jonchent déjà les trottoirs

Mais août programme son réveil

Il tient septembre en son pouvoir

 

Les jours s'étirent calmes et plats

Peu de touristes dans le quartier

La ville bourdonne sans éclat

Loin du Louvre, du Palais Garnier

 

Ici, la foule a recrée

Le décor de ses origines

Ceux que l'été laisse désoeuvrés

Tout près du canal s'agglutinent

 

A la surface du miroir

La lune étale des étoiles

Lorsque enfin s'annonce le soir

Glissant tel un bateau à voiles

 

Dans les coeurs chantent les vacances

Parfums d'épices, de baies sauvages

Fermons les yeux, comme en partance

Vers d'autres cieux, d'autre rivages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 08:00
BERLINER DOM

Depuis les hauteurs du Berliner Dom, principale église protestante de Berlin, on aperçoit une ville semée d’églises, de jardins, de grues, de chantiers. A ses pieds la Spree s’entortille comme serpente la Seine non loin de Notre Dame, véhiculant son lot de touristes sur bateaux mouches. La ville conte ses heures grises et opaques, ses jours clairs et lumineux. Le visiteur est comblé, il peut immortaliser l’instant, la vue est magnifique et les souvenirs bloqués sur numérique illustreront blogs ou albums de famille.

Que dire de la Crypte ! Alignement de cercueils minuscules ou de taille acceptable, couronnes, métal forgé, empoussiéré, lourds rubans à pompons, murs nus, beiges, froids. Recommandations : respecter les lieux en sommeil, ne pas déranger, chacun a son heure. Heureusement, et sans que cela offusque tous ces Hohenzollern endormis, un arôme de torréfaction cueille les narines dans le mince couloir qui conduit à la cafétaria, vers les vivants. Un couloir que l’on franchit soulagé comme si Anubis refusant de peser des âmes trop légères les renvoyaient s’alourdir de l’autre côté du fleuve de l’enfer.

BERLINER DOM
Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 20:06
Annecy, le Lac

Annecy, le Lac

 

BLOG EN PAUSE .... MAIS PAS ENCORE EN VACANCES!

Voir les commentaires

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 21:03
Grand Etang, Guadeloupe

Grand Etang, Guadeloupe

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 14:29
Retour de pêche à Sainte-Rose Guadeloupe

Retour de pêche à Sainte-Rose Guadeloupe

Dernier jeudi en poésie avant les vacances chez Enriqueta pour les croqueurs de mots : Oiseaux marins ou les îles

 

C’est le retour de pêche, déjà les pélicans

Peignent les bateaux bleus de leurs ailes d’argent

Imposent aux marins leurs becs affamés

Inspectent les casiers, les filets, en gourmets

 

Tandis qu’on improvise une halle sur le sable

Des locaux s’interpellent, rient, s’épongent; comme diables

Se prennent à marchander, que de cris et de rires,

Langoustes et dorades, à bouillir ou à frire

 

Et dans la bousculade, au milieu des badauds

Qui vont, déambulant, une cohorte d’oiseaux

Mouettes et cormorans se déploient, agressifs

Accourus, bec au vent, délaissant les récifs

 

Cependant, l’un d’entre eux, tutoyant les nuages

Et l’azur et le vent gouvernant son plumage

S’éloigne d’un battement ferme et glisse par un instants

Tel un surfeur habile mesure vagues et courants

DEFI 148: RETOUR DE PECHE
Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 08:00
Casablanca, vue (trouble) depuis ma fenêtre Rue de Péronne ,1970

Casablanca, vue (trouble) depuis ma fenêtre Rue de Péronne ,1970

148ème et dernier défi avant les vacances chez Enriqueta : raconter sa mer ou son océan.

Eh bien moi je préfère l’Océan Atlantique parce que je suis née le nez devant, à Casablanca. De ma chambre je pouvais apercevoir les skieurs virevoltant dans le port et j’entendais les cornes de brume des bateaux, je voyais scintiller leurs feux qui faisaient la nique aux étoiles à la nuit tombée. Avec mes jumelles je regardais le phare dans les yeux.

La grande bleue, je l’avais partout sous les yeux. Parfois nous prenions un petit taxi rouge et allions goûter sur la Corniche dans un jardin public qui résonnait de cris d’enfants et du fracas des vagues derrière lui, tout à la fois. Où boire un jus d'orange face à la mer. Le dimanche c’était la plage, la pêche aux moules à marée basse, les parties de cache-cache dans les dunes. C’était le temps des repas géants, on amenait boissons fraîches et barbecues au bord de l’eau. Une eau pas toujours chaude, le ciel de Casa n’est pas celui de Pointe à Pitre, mais on avait les marées, l’iode et le vent qui fouette les jambes. Avec le thé à la menthe et des gâteaux au miel dévorés les pieds dans le sable, les ouili ouili ! des mamans inquiètes de voir les jeunes s’aventurer au loin, les olives et la Kémia circulant de tente en tente. Je me souviens de mes sauts dans les vagues avec une chambre à air de pneu en guise de bouée, et de la première fois où j’ai réalisé que je pouvais flotter.

Mes souvenirs oscillent entre exotisme et décors éternels des bords de mer. Mais je préfère l’Atlantique parce que c’est l’Océan de mon enfance.

Avec mon frère, sur la Corniche

Avec mon frère, sur la Corniche

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 08:00
DEFI 148: INSTANTS SUR LE PORT

148ème et avant-dernier jeudi en poésie proposé par Enriqueta pour les Croqueurs de mots : Marins ou ports.

 

Ils étaient en partance toutes voiles dehors

Ils tranchaient le métal des eaux moirées du port

La coque poudrée d’écume et ployant sous la houle

Attrapant les vivats et les cris de la foule

 

Debout sur la jetée, dans l’ombre grise du phare

Les joues mangées de sel, j’écoutais chaque soir

La plainte rompue des lames percutant les rochers

Le chuintement mousseux des vagues écrasées

 

Des relents d’encablures, de bois et d’air iodé

Et de butin de pêche serré dans des filets

Envahissaient les quais ; alors, les yeux fermés

Je me représentais des rivages étrangers

 

Où l’Orient se parfume de jasmin, de curry

Où la mer et le ciel au soleil se marient

Où des rayons fuyant le disque entaillé

Empourprent l’horizon, creusent un lit safrané

 

DEFI 148: INSTANTS SUR LE PORT
Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher