Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 10:00

 

 

 

220px-Louis Hersent - Delphine de Girardin

 

 

Delphine Gay est née en 1804, la même année que George Sand, à Aix-la- Chapelle. Fille de Sophie Nichault de la Valette, dont les parents ont été ruinés par la révolution, et d’un homme de finance, elle fait son entrée dans le monde en 1822, dans les salons du faubourg  Saint Germain. Elle déclame des poèmes devant Nodier et Hugo et devient vite célèbre, admirée par Goethe et par le roi Charles X.  Elle publie des essais poétiques en 1824 et 1825. Lamartine écrit en la voyant  contempler une chute d’eau : «  elle avait les joues pâlies par l’émotion du spectacle et un peu déprimées par la précocité de la pensée. Et sa voix complétait son charme : elle avait l’accent des poètes avec la bienséance de la jeune fille ». Elle fréquente les plus beaux noms d’Europe, est accueillie en Italie en 1827 et couronnée au Capitole.

Sa situation est délicate, elle est à la fois femme publique c’est-à-dire qui publie, et fille à marier. De plus elle déclame ses vers avec des accents de tragédienne. Cela met ses contemporains  mal à l’aise. Elle n’a pas de dot et la mère d’Alfred de Vigny lui refuse le mariage avec son fils. Mais elle est l’amie des romantiques. A la première de Hernani, en 1830, Gautier (photo)  la décrit comme une apparition dont le charme suspendit le tumulte et provoqua les applaudissements des jeunes gens.

 

blog-31700-theophile-gautier-010510170531-1327998795


 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa chance est la rencontre avec Emile de Girardin, photo ci-dessous,  qu’elle épouse en  1831 à vingt- sept ans. Ensemble ils conquièrent la Société par l’entremise des journaux pour « l’ambition personnelle et l’utopie sociale ». A cette époque E. De Girardin a fondé «  Le voleur »,1828, et «La Mode »,1829. Tous les jeunes talents y écrivent  des articles: Dumas, Karr, Sue, Balzac, G. Sand

 

 

2100410029


 

Il crée ensuite le « Journal » et l’ «Almanach de France ». Et la « Presse » en 1836 dans lequel Delphine tient la chronique « Courrier de Paris » sous le nom de Vicomte de Launay. Le Vicomte raconte l’érection de l’obélisque place de la Concorde, tient les lectrices au courant des tendances de la mode, chapeaux, manches bouffantes ou ajustées, dentelles, plis, volants. Va écouter l’Opéra, applaudir Rachel au théâtre français, frissonne à la Porte Saint Martin, rit aux Variétés. Contemple le défilé de Longchamp, mange des glaces chez Tortoni, assiste aux séances de l’Académie française. Visite le salon de peinture, les expositions de produits de l’industrie. Détaille les toilettes dans les bals. Delphine de Girardin exprime ainsi son sens comique.

 

 

63265342

 

 

Le vicomte de Launay évoque une société parisienne, un ensemble de phénomènes vestimentaires, de bonnes manières et la présence de personnes éminentes dans tous les domaines. Delphine de Girardin admire l’ancien régime, elle écrit à la mort du roi Charles X en 1836 : « Nous pleurons le roi de la France chevaleresque, brillante et poétique, de la France dame de qualité,  de la France enfin qui n’est plus ».  Aujourd’hui le vaisseau de l’état est «  un lourd bateau à vapeur, chargé de charbon et de pommes de terre, partant à heure fixe, arrivant à jour fixe au port qui lui est assigné… »  Elle apprécie donc peu, la monarchie du roi Louis Philippe plus bourgeois qu’aristocrate et se plaint de la dégradation des mœurs. Au mariage du prince d’Orléans en 1837 elle écrit : « Quelles sont toutes ces femmes dans les voitures de suite Quels vieux chapeaux ! Quelles robes fanées ! ».

 

Delphine Gay est aussi connue pour son salon au 41 rue Laffite, à Paris puis dans l’Hôtel  Marbeuf  sur Les Champs Elysées. Elle reçoit ses intimes tous les soirs mais sa soirée de réception où l’on fait de la poésie et de la musique  se tient le mercredi. Elle ne supporte la médiocrité, il faut se distinguer par la naissance, ou posséder un talent réel. Elle convie Gautier notamment, en lui disant que le but de la soirée est de prendre des glaces et de dessiner des girafes.  Après l’Opéra ou avant d’aller dans le monde, entre onze heures et minuit viennent Lamartine, Hugo, Balzac, Musset… Mais aussi des politiques tel  le ministre Guizot, le préfet de police Delessert, un homéopathe à la mode, le docteur Cabarrus. Le couple De Girardin réunit charme, talent, pouvoir, influence, intelligence et humour. La caricature ci-dessous montre Balzac à gauche et Hugo à droite à l'une de ces réceptions.

 

 

caricsalonG

 

Delphine de Girardin meurt d’un cancer en 1855, à l’âge de cinquante et un ans, soit cinq ans après Balzac. George Sand a encore vingt et un ans devant elle.

Ses œuvres de fiction les plus connues sont : le marquis de Pontanges 1835, Contes d’une vieille fille à ses neveux 1832, La canne monsieur Balzac 1836, Il ne faut pas jouer avec la douleur, 1853.

 

girardin.jpg

 

Si je parle de Delphine de Girardin aujourd'hui, c’est que certains de nos contemporains me la rappellent. Ils font très parisiens ou distingués, ont ce côté "grande bulle du grand monde".  Ainsi Inès de la Fressange est son double  de mode et Fanny Ardant la tragédienne. Elle prête sa plume à Sophie Fontanel de l’hebdomadaire ELLE, très rigolote sous le pseudo de Fonelle et prie Nadine de Rothschild  de nous inculquer les bonnes manières. Elle décide de nos soirées intellectuelles en imposant certains noms aux directeurs de chaînes en fin de semaine : Pivot, Drucker, PPDA ou Beigbeder. Il ne me vient pas de nom féminin à l’esprit dans ce domaine, et je le déplore…

 

 

SOURCES : Wikipédia, LAVIE ELEGANTE par Anne MARTIN-FUGIER, Editions FAYARD.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mansfield - dans personnage singulier
commenter cet article

commentaires

Suzâme 08/02/2012 20:00

Un article très intéressant. Je ne connaissais pas cette personnalité féminine. A cette époque, seules les femmes des milieux aristocratiques et bourgeois, avec intelligence et malice,
collaboraient à l'histoire de la culture. Peu nombreuses sont citées dans les encyclopédies ou étudiées à l'école. J'ai gardé un grand faible pour Georges Sand, très critiquée par la suite et
délaissée aujourd'hui. Sa vie était un combat d'indépendance et d'autonmie. Un comportement rare en son siècle. A bientôt. Suzâme

mansfield 09/02/2012 15:12



J'ai moi aussi une vive admiration pour George Sand, mais je crois que toutes les femmes qui ont su ou savent se faire entendre et respecter dans un monde d'hommes me touchent. Et je dirais même,
au sens large et  au risque de déplaire que, dans le monde actuel pour moi, ça va d'Indira Ghandi à Anne Sinclair. A bientôt



enriqueta 01/02/2012 17:57

Je ne la connaissais pas, merci pour la découverte!

Pravda 26/01/2012 19:44

C'est intéressant. Je ne connaissais pas ce personnage, elle vient d'une époque ou l'art de la littérature était reconnu et admiré. Puis, elle n'a sans doute pas réussie à évoluer avec son époque.
Enfin, c'est ce que je pense en lisant ta bio.
Pour ce qui est de son influence et de son double dans le monde moderne. Peut-être la femme de DSK est-elle un bon parallèle pour nos jours ? Ou encore Christine Ockrent ?

mansfield 27/01/2012 10:34



Oui, c'est peut-être à étudier, je n'ai pas vraiment cherché la femme de culture, comme quoi il nous manque aujourd'hui un magazine culturel présenté par une femme. Merci de ton passage sur mon
blog.



Coucou c'est l'ami "Gégouska" 26/01/2012 17:37

un coucou frigorifié du soir
à bientôt gros bisous

mansfield 27/01/2012 10:35



A bientôt pour de nouveaux tableaux magnifiques sur ton blog;



M'amzelle Jeanne 26/01/2012 13:21

Interessant ce souvenir de la vie de Madame de Girardin...
que je ne connaissais pas. Merci de la faire reconnaitre§
Belle journée à toi et bizzouxx de Jeanne

mansfield 26/01/2012 13:48



Merci à toi à bientôt sur ton blog



lizagrèce 25/01/2012 18:56

Vue la photo je pense qu'Inès de la Fressange est plutôt sa moitié !

mansfield 26/01/2012 13:52



Oh, c'est que c'est bas, mais d'un humour que j'adore!



Coucou c'est l'ami "Gégouska" 25/01/2012 16:15

Bonne soirée à bientôt gros bisous

mansfield 25/01/2012 17:53



Merci de ton passage, à bientôt.



Nina Padilha 25/01/2012 10:31

Personnage qu'il m'a plu de découvrir au fil de ton écrit.
Merci !

mansfield 25/01/2012 17:52



Merci à bientôt en poésie.



Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher