Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 18:47

 

 

 

  Consigne 67

 

 

C'est de saison direz-vous : l'automne, nous le vivons tous. Mais en parlons-nous vraiment, hormis sous forme des clichés sur la chute des feuilles, ou sur l'hiver en avance, ou bien les restes d'été, selon les jours ?
Et si nous redonnions sa vraie place à l'automne ?
Le principe de l'exercice est que vos récits (ou poésies) devront prendre place en automne, lui laisser l'espace pour s'exprimer tel qu'il est vraiment. Il devra influencer l'histoire, lui donner son "climat" (ambiance), guider les pas des personnages, et au final en devenir vraiment un, à part entière.

La fée lui a conseillé de se faire confectionner une robe couleur du temps, de lune et de soleil tout à la fois. Peau d’Ane n’a pas hésité, à ce papa gâteau, elle s’est adressée. Mais lui, le vieux rusé s’est vite tiré d’affaire. C’est une robe couleur de saison dont tu rêves, il a dit. Toute mordorée, avec des reflets pourpres et des brillants, des saphirs. Nous sommes en automne, ça m’arrange, je m’y colle. Vingt quatre heures suffiront.

-         Quant à l’étoffe tu vois, que l’on puisse s’y mirer, et que chacun s’y noie.

-         Qu’on y devine  la pluie, qu’on y sente le vent ? Un taffetas dont le tissu chatoie.

-         Si tu assemblais les feuilles des marronniers du parc derrière le palais. Il ne faut pas que ça gratte, que ça pique, que ça se déchire.

-         Et comment ! Froissons donc le tissu. Que ce parterre doré sur ta peau aimanté fasse que l’on t’admire.

-         Alors reproduis la tiédeur des jours, la chute progressive de l’ensoleillement.

-         Tu oublies les dégradés, du jaune paille à l’ourlet, au corsage de l’ocre éblouissant.

-         Tâche de penser au décolleté, qu’il annonce l’hiver et suggère l’été.

-         Où est le problème ? Un col haut sur la nuque, et la gorge échancrée.

-         Et les manches, quelle sera leur particularité?

-         Rondes comme des pommes, d’un marron de châtaigne, est-ce que cela t’agrée?

-         A la taille j’aimerais un ruban d’un ton plus nuancé.

-         Tes désirs sont des ordres, la couleur du raisin, du beau, de l’italien, est-ce que cela te sied ?

-         Il faut que l’on évoque  l’envol des migrateurs, leur merveilleux voyage au loin vers l’équateur.

-         Un accessoire discret, un sac triangulaire, au fermoir travaillé, pointu dans la hauteur.

-         Et cette odeur de terre, de champignons, venue du sol ?

-         Un parfum, un extrait ?  Les experts du Palais auront l’humeur frivole.

-         Sauras-tu m’envelopper d’un gilet lors des premiers frimas ?

-         Douterais-tu de moi ? En laine duveteuse couleur de mousse, il sera.

-         Et ma coiffure, de quels ornements comptes-tu la parer ?

-         Un bouquet de colchique à ton chignon fixé, sera d’un bel effet.  

-         Je ne pourrai pas te prendre en défaut, en somme !

-         Allons, ma vie est à l’automne et  ton bonheur comblé la rend moins monotone.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mansfield - dans fiction
commenter cet article

commentaires

Nicole 26/11/2008 23:17

Quelle imagination, c'est merveilleux. Je n'avais pas encore lu ce texte, et cela aurait été dommage.
A bientôt

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher