Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 08:00
LA CATA

Adapatation libre et plus ou moins contrôlée de" La Mamma", si Aznavour chante à vos oreilles durant la lecture, j'aurais un peu gagné mon pari...

 

Ils sont venus

Ils sont tous là

Dès qu’ils ont constaté ce fait

Elle est arrivée la cata

Ils sont venus

Ils sont tous là

Même ceux qui détestent Paris

Et ceux de banlieue, ébahis

Les appareils en bandoulière

Pas de chichi pas de manière

Autour du lit noir de la Seine

On flashe, on crie, on s’interpelle

Quand les brigades se démènent

On a répondu à l’appel

De la cata

 

Fi du danger, quelle inconscience

A-t-on mesuré l’importance

Elle est arrivée la cata

Petit navire gonflant les voiles

Drapeau déployé, fière toile

A ta rescousse on se hâte

Allons Paris viens, fluctuat !

Paris fluctuat !

 Ya tant de passerelles et de statues

De pierres usées, de ponts en métal

Qui t’enjambent et qui te saluent

Et ya le zouave qui se sent mal

A cause de toi, la cata

 

Et le pays est en émoi

Qui n’a pas vu briller le soleil

Il souffre tant parce que c’est toi

Qui le contrôle, la cata

Les caoutchoucs et le ciré

Sont l’uniforme des cités

Un œil sur la météo

On n’ose faire de pronostic

Par les fenêtres dans le ciel gris

On guette en vain une trouée bleue

Le bourdonnement de la pluie

Nous rend tous bien malheureux

 Mais pas toi la cata

 

Le Louvre et le musée d’Orsay

Ne peuvent trouver le sommeil

Elle est arrivée la cata

Depuis des siècles, des merveilles

Tant de trésors à préserver

Méfiance, chacun te surveille

Et les guichets restent fermés

Paris fluctuat

Ya tant de passerelles et de statues

De pierres usées, de ponts en métal

Qui t’enjambent et qui te saluent

Et ya le zouave qui se sent mal

Or jamais, jamais, jamais,

Tu ne le noieras…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mansfield
commenter cet article

commentaires

Carole 19/06/2016 01:17

Un poème plein d'humour pour nous rappeler avec beaucoup de sagesse que la "cata" fait seule la loi en ce monde que les hommes croient naïvement dominer.

writings2 12/06/2016 19:26

Les crues se chantent... Un beau texte, peut-être un peu de baume sur l'amertume de ceux qui ont connu cette cata chez eux.

marine D 12/06/2016 10:13

Ce n'est vraiment pas le moment de venir faire du tourisme culturel à Paris en ce moment ! Tu l'as bien démontré et je retrouve très bien le rythme de la chanson d'Aznavour, c'est certain !
Oui, cela pourrait être une belle fête mais la sottise, la violence, la boisson se conjuguent et voilà le résultat, en plus des grèves et du débordement de la Seine, c'est inimaginable comme scénario ! On ne pouvait faire mieux dans l'absurde, le hasard et la bêtise humaine tandis que d'autres s'échinent à tenter d'arranger les choses !
Bisous Mansfield

luciole 83 08/06/2016 20:40

Magnifique ! trop bien écrit....
Les catas se succèdent et n'en finissent point ! ne fait plus bon de vivre près d'un point d'eau, même petit !
Merci Mansfield et bisous

fanfan 08/06/2016 20:14

Une belle adaptation; oui, c'était la cata! Il y avait longtemps que les parisiens n'avaient pas connu cela! Il faut espérer que le soleil fera oublier tout cela ! Bonne soirée

écureuil bleu 07/06/2016 20:05

Bravo pour cette adaptation à ta façon de la Mama ! Dans certains départements c'est vraiment la cata...

Catheau 07/06/2016 16:05

Joli détournement !

Martine 85 06/06/2016 09:29

Nec mergitur.... J'aime beaucoup ton poème.... Maintenant c'est la décrue à Paris qui a vu pire en termes d'inondations. Belle journée

Albireo 06/06/2016 08:16

Pari gagné ! Je l'ai lu en musique ! Tout est dit et bien dit, bravo !!!

jill bill 06/06/2016 08:10

Oh oui Manfied, mais Paris ne mourra pas !!!!!!!!! Bravo à toi, mais je n'applaudis pas ce temps exécrable...

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher