Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 08:00
EN PAUSE

CA COMMENCE POUR MOI MAIS PAS DE BATEAU CETTE ANNEE,

 

A BIENTOT, JE CONTINUE DE PIANOTER SUR VOS BLOGS!

Published by mansfield
commenter cet article
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 08:00
DE VELOURS

A vingt-deux heures il fait nuit. Ça n’a l’air de rien comme ça mais ça commence. Les nuits rallongent...  En journée, août est à son zénith, le soleil est chaud, juste comme il faut, pour justifier la saison. On s’entasse sur des plages, on bulle aux sommets avec les edelweiss. On travaille avec ou  sans la clim, une lumière vive de plein été accompagne nos efforts. Les J.O. occupent nos loisirs, un peu. « La fille de Brooklyn » aussi, on tourne ses pages sur un transat, on ne la quitte qu’à la tombée de la nuit.

La nuit, c’est bien le problème. Elle arrive trop tôt, trop vite. Elle est chaude, enveloppante, se déguste à la terrasse des cafés, au bord d’un lac,  dans l’odeur de foin coupé. Ou accoudé à la rambarde du balcon... Elle emprunte ses couleurs à la lune et à un ciel particulièrement clair et étoilé, ses odeurs aux fleurs dont elle exhausse les parfums. Elle s’étend, elle grignote le jour. Elle fraîchira, foncera peu à peu. Nous sommes à la période des nuits de velours, assez longues encore. Blottissons-nous dans leur douceur.

Published by mansfield
commenter cet article
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 08:00
La voyez-vous?

La voyez-vous?

Elle s’était invitée au milieu de la conversation. Hélène et moi avions décidé de nous retrouver dans une brasserie bien longtemps après nos premiers émois d'écolières, à Casablanca. Je ne dirai pas où. Dans quel établissement nous étions bien sûr, ça ne serait pas convenable. Nous nous étions retrouvées comme des gamines à la sortie des cours.  Avions renfilé nos panoplies. Papoter, parler d’avant, ailleurs. Quand l’avenir nous souriait, qu’on lui faisait des pieds de nez. Rappeler des odeurs, des couleurs, des lieux magiques. Evoquer d’autres petites filles à couettes, à nattes ou à cheveux courts devenues femmes épanouies, blessées, éprouvées ou résilientes. S’étonner, s’esclaffer, s’exclamer, commenter des photos ou des coupures de journaux. Raccourcir le temps, déterrer des souvenirs, vivre.

Ce ne serait pas convenable de nommer l’établissement. Pour sa réputation. Quoique. Paris en a vu d’autres. Notre invitée sans gêne et débrouillarde avait quatre pattes, deux oreilles pointues, une longue queue et se faufilait entre les tables. Elle déchiquetait une tranche de tomate. Etre souris à Paris, ça a du bon.

Published by mansfield
commenter cet article
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 08:00
A LA PECHE

Si on allait à la pêche. Un matin à la fraîche, avant le défilé des maillots de bain et des paniers de pique-nique. Installer les cannes dans l’herbe. Observer les frémissements de l’onde, y voir danser les nuages. Se dire que le soleil est magicien. Il fait de l’étang un miroir poudré, dore les papillons, piège les libellules. Gloussement des poules d’eau, ballet les canards. Bruissements d’ailes, plongeons soudains, murmures du vent dans les feuillages.

La chaleur monte, vite de la crème et une casquette ! La ligne plonge, dextérité et épuisette. Se vider la tête, ici le quotidien s’arrête. Se mettre au vert, toutes nuances confondues, la nature offre une palette étendue. A l’ombre d’un saule, placer une natte, sortir les sandwichs et la bière. S’étendre, ne plus bouger, fermer les yeux comme en prière. Offrir son corps par la ville malmené, à la caresse bienfaisante de l’été.

Published by mansfield
commenter cet article
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 08:00
LES VACANCES

Les vacances, il se peut que se soit ça. Du bruit, des cris, et pas un carré de libre sur la plage. La queue chez le marchand de glace et réserver deux jours auparavant au restaurant du bord de mer, toujours plein de célébrités, de Porsches garées sur le trottoir, de fêtards en mode décontracté. C’est se lever tôt pour prendre sa douche au lieu de poireauter avec son savon et sa serviette  à l’espace toilette du camping. Siroter un verre de Ricard en écoutant la Lambada tout en coupant à cœur face au voisin de mobil home. C’est se pomponner tout l’après-midi et retrouver les potes à l’entrée de la boite sur la jetée, après un tour jusqu’au phare. Patienter dans la foule et le vent sur la place, en attendant le cinéma de plein air. C’est le moyen-âge et ses remparts, ses ponts levis et ses boutiques bio, ses épées en plastiques, ses restos chics sous la pergola, qui vous kidnappent l’air de rien. C’est le monde, la chaleur, les vagues ou l’histoire de très loin... Et vous, noyés au milieu.

C’est aussi ça. Toi, moi, une barque, un coin de ciel, un bord de rivière et le temps qui coule avec des reflets dorés. Pour certains c’est rasoir, moi, ça me va.

 

Published by mansfield
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 08:00
L'AUTRE....

…. Putain de camion ! Les mots de Renaud peuvent resservir. Tels quels pas même détournés, pour exprimer la douleur. Et cela uniquement. La perte, les cris, l’horreur. Ne montrer personne du doigt, n’en vouloir à personne, accuser le chagrin.

« Et qu’est-ce qu’y foutait là ? » : on aimerait comprendre.

« J’espère au moins qu’là-haut

Ya beaucoup moins de salauds » : on voudrait ne pas penser ça.

« Tu nous laisse avec les chiens…

J’aimerais me blottir dans un coin » : pour l’éviter on se rassemble, on se recueille, on se donne la main.

« Putain j’ai la rage

Contre ce virage » : ce virage que prend l’humanité se détruisant elle-même au nom d’idéaux.

« Putain d’camion, putain d’destin, tiens ça craint » : que dire aux familles orphelines ? Quel réconfort apporter?

« Dans ma tête y fait froid » : dans la nôtre aussi car il faut vivre en espérant ne jamais être touché soi-même, en étant sur le qui-vive, en affrontant le drame au travers des journaux télévisés. Il faut continuer malgré. L’instinct, le besoin de poursuivre, de croire en un monde pacifié sont ancrés en nous. Mektoub !

 

Published by mansfield
commenter cet article
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 08:00
POUR LE FUN

Les jeux c’est pour bientôt. On termine avec le foot et hop ça redémarre. Cérémonie d’ouverture, foule en liesse, drapeaux ondulant au vent, pronostics, paris aux terrasses des cafés. Les « Tu te rapelles 2012 à Londres », les « Mon premier souvenir c’est 84 ! » fleurissent. On évoque Comaneci si, si encore, et Manaudou, la soeur,  on espère Usain Bolt et Manaudou, l’autre si, si, le frère. On s’habille en jaune et vert comme des serins, on investit la FAVELA CHIC rue du Faubourg du Temple à Paris, pour s’imaginer qu’on y est. On entonne « esa moça ta diferente » de Chico Buarque. On se repasse « L’homme de Rio » pour le fun. On se goinfre de feijoada et on verse la Cachaça sur de la glace pilée. Ça y est, on ouvre grand les bras, on se prend pour le  Christ Rédempteur du Corcovado?

Décollage, atterrissage, dépaysement.  Calmos, cette fois, on ne verra pas grand-chose…Décalage horaire oblige !

Published by mansfield
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 08:00
Martinique, la baignoire de Joséphine

Martinique, la baignoire de Joséphine

Juillet, août, c’est avant tout le temps des vacances, les nôtres, celles du voisin. On se questionne : où, combien de temps ? On s’enthousiasme : j’en rêvais depuis longtemps, enfin cette fois j’y vais ! On se souvient : l’année dernière j’avais beaucoup aimé... il y a bien dix ans déjà pour nous…On se résigne : je vais tous les ans au même endroit. On se réjouit : je vais tous les ans au même endroit. On s’alarme : tu restes à Paris ? On se pâme : je n’aime que l’eau à 30 degrés. On se congratule : l’eau ne dépasse jamais les 17 à Berck mais j’adore ! On dénigre : le camping, moi jamais ! On se vante : nous programmons tout le circuit, étapes, hôtels ect… On se vante : nous c’est tout compris, on ne veut pas penser durant le voyage ! On se scandalise : les clubs de vacances? Trop populaire ! On est d’accord : la colo pour les mômes y a rien de mieux !

On préfère la mer, la montagne ou la campagne, la solitude ou la foule, la famille autour de soi, la famille loin de soi, on a ses goûts et ses moyens. Mais l’été dure en général plus longtemps que les vacances, et cette année, au nord de la Loire la grande question c’est : quand va-t-il arrêter de pleuvoir ?

 

Published by mansfield
commenter cet article
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 08:05
Courseulles sur Mer, 25 juin

Courseulles sur Mer, 25 juin

Les couleurs du temps sont incompréhensibles en ce moment et on ne peut pas s’y fier. Car sitôt que la pluie s’est installée en gouttelettes fines et tièdes crachées par un nuage nonchalant, voilà que le vent souffle et la transforme, elle se fait drue, agressive. Le ciel a des mèches grises, moutonne et  cherche son reflet dans l’eau. La plage a l’air d’une vilaine bouche ouverte, grimaçante, tirant une langue de sable roux,  où les maisons figurent des gencives noircies et  les cabanons clairsemés des dents déchaussées.  Ce sont les premiers jours de l’été…

Et puis comme un jeune homme, le temps se fait beau, ciel azur et mer turquoise, sable doré et soleil franc. L’écume  borde les vagues et ça se voit. Si la chaleur se fait attendre, l’œil est ravi. Les tropiques prêtent  volontiers leurs couleurs à qui sait les regarder, saisir l’instant et se laisser porter le pouvoir de la lumière sur le moral.

SUR LE MORAL
Published by mansfield
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 08:00
PARALLELISME

 

Dès qu’il entre dans la cuisine, il se laisse tomber à terre comme une masse. C’est l’odeur d’huile d’olive qui l’enivre et la perspective d’une caresse. C’est aussi faire comprendre que sa gamelle est vide. J’avais pensé à un trouble neurologique, on m’a rétorqué votre chat est  tout simplement zen. Il se présente le flanc à l’air, les yeux fermés, abandonnant toute crainte, il attend un gratouillis là, dans le cou. Si rien ne vient, étonné il ouvre des yeux jaunes et dresse les oreilles, l’air de dire, tu attends quoi, un ron ron ? Tu peux te brosser !

Dès qu’ils pénètrent dans le stade, ils se ruent sur le ballon en masse. Ce sont les supporters qui les galvanise et la perspective de marquer un but. C’est aussi faire jouer l’esprit d’équipe. Je trouvais qu’ils s’économisaient parfois, on m’a répliqué qu’ils testaient l’adversaire. Ils ont des passes nulles ou grandioses, se blessent, s’écroulent, attendent les cris de la foule, ses chants, ses hurlements.  Quand on siffle, quand on se bat, quand la fumée aveugle les gradins, quand le spectacle déborde terrain, quand  ce n’est plus du spectacle, ils pourraient se figer, se donner la main et avertir, vous espérez quoi, une ovation ? Rentrez chez vous, on arrête, la fête est finie !

Published by mansfield
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mansfield
  • Le blog de mansfield
  • : instants de grâce, parcours chahutés, affirmation de soi. J'aime saisir ces moments dans la vie qui font vibrer et se sentir vivant.
  • Contact

Rechercher